Plus de 300 000 consultations gratuites dans le Nord-Est et le Centre-ouest du pays. Composée surtout de personnel médical venu de France, l’association entend élargir son champ d’action et agrandir la «famille» de soignants bénévoles.
L’association comprend des personnels de la santé qualifiés, venant de France et œuvrant bénévolement pour prodiguer des soins dans des zones isolées. Une diversité qui permet des soins d’urgences et des soins spécifiques, encadrés par un personnel adéquat. À ce jour elle est composée de 1 079 professionnels de la santé divisés en 26 catégories médicales. Avec en moyenne 1500 soins assurés par intervention, l’association affiche à ce jour 127 missions, tous itinéraires confondus.
Aptitudes
Des équipes sont aptes à assurer les services d’urgence tels que des chirurgiens, des chirurgiens –dentistes, des cardiologues, des anesthésistes, des radiologues, des oncologues. Pour ceux qui souffrent de maux spécifiques, l’association dispose de dermatologues, de pneumologues, de neurologues, d’angiologues, de rhumatologues, de gastroentérologues, d’ophtalmologistes, d’allergologues, de stomatologues et de kinésithérapeutes. Gynécologues, sages-femmes et pédiatres assurent la santé des mères et des enfants. Une équipe qui regroupe des pharmaciens, aides-
soignantes, internes, infirmières, psychologues et même des étudiants et des stagiaires qui apportent leur concours pour un accompagnement pré ou post opératoire assistent les interventions.

Envergure
Pour être au mieux effective, l’association mène quatre missions en simultanée à chaque voyage.     Les interventions médicales se situent essentiellement le long de deux cours d’eau. La première, entamée depuis 2000 se fait le long des villages isolées le long de la rivière Tsiribihina dans le moyen-ouest. En 2007, elle ouvre deux axes le long du canal des Pangalanes. En février s’inaugure l’axe allant d’Andevoranto à Vatomandry et en septembre celle reliant Manambato à Topiana. Des opérations qui prennent des allures d’expéditions de brousse adaptent les membres des équipes aux moyens de transport locaux comme les pirogues, les tracteurs voire les charrettes à zébus, le tout de façon autonome avec la bonne humeur en prime. Tous s’acclimatent aux conditions locales durant les deux semaines de terrain et une rotation des équipes s’opère environ toutes les 5 semaines.
Cette année, 467 membres de toutes compétences confondues vont se relayer sur les sites d’intervention pour prodiguer des soins. Pour 2018, 175 participants ont déjà réservé leur place.