L’ouverture officielle de la formation d’enseignants a eu lieu le 21 août dans le district d’Arivonimamo. Cette session vise à améliorer la qualité de l’enseignement au niveau des établissements publics.

Pas de vacances pour les directeurs d’écoles, les enseignants Fram (à la charge des parents d’élèves) nouvellement recrutés, ceux subventionnés et non subventionnés ainsi que les formateurs des centres régionaux de l’Institut national de formation pédagogique. « Madagascar a sombré dans la pauvreté depuis cinquante-cinq ans. Nous avons pu relever la tête grâce à certains programmes, mais d’autres facteurs nous empêchent de continuer. Il faut surtout changer notre état d’esprit et l’éducation. Notre enseignement a toujours été centré sur l’élève, qu’en est-il des enseignants qui se chargent du transfert de compétences? Vous avons entendu la complexité de votre travail, la raison pour laquelle, le ministère de l’Éducation nationale préconise une formation à votre intention », soutient le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, durant la cérémonie de lancement.
Programmes
Plus de trois mille directeurs d’écoles et plus de 40 000 enseignants issus des directions régionales d’Alaotra-Mangoro, de Bongolava, d’Ihorombe, d’Itasy, de Sofia, d’Amoron’i Mania et de Matsiatra-ambony bénéficient de la formation. Ils auront six mois pour aiguiser leurs compétences avant la reprise des cours à la nouvelle rentrée scolaire. Le chef de l’État renforce que face à l’augmentation du taux d’abandon scolaire, les enseignants jouent un rôle important pour renverser la tendance. Il encourage les parents à éduquer et à scolariser leurs enfants afin de garantir un meilleur avenir à leurs progénitures.
Plusieurs programmes concourent dans la réalisation de cette formation, dont le Programme d’appui d’urgence pour l’éducation pour tous, le Programme d’appui d’urgence aux services essentiels de l’éducation, de nutrition et de santé, le Programme d’appui aux services de base-éducation ainsi que le projet?Madagascar?appui à l’enseignement du et en français. Différents partenaires techniques et financiers interviennent dans l’appui de l’éducation alors qu’aucun changement n’est constaté.
« Les formateurs aussi endurent des pressions. J’ai poursuivi des études en lettres anglaises alors qu’on me demande de faire le transfert de compétences du français aux enseignants. Les réalités et les vécus au quotidien contredisent les statistiques et les chiffres qu’on transmet à la population », s’indigne Marie Raherilantosoa, formatrice.
Les directeurs d’écoles consolident leurs compétences en matière de didactique, de pédagogie et d’accompagnement pédagogique. Commencés le 3 août, les cours se termineront le 4 septembre. Les enseignants débutent leur formation sur la pédagogie et la didactique générale, les renforcements académiques du malgache, du français, des mathématiques et la didactique des disciplines d’éveil, le 24 août pour l’achever le 2 octobre.

Farah Randrianasolo