Les jeux de sociétés ont sans doute marqué toute une génération. Monopoly, échec, la Bonne paye… mais  au fur et à mesure du temps, ils ont perdu leur notoriété surtout avec l’envahissement de la technologie et du monde virtuel. Cependant, ils résistent toujours au temps et proposent des jeux de plus en plus intéressants tant pour les petits que les grands. Des jeux qui résistent au temps.

Jeu d’équipe, jeu d’ambiance. Mercredi, au milieu de l’après-midi, dans les locaux de Jeux de société de Madagascar à Ampandrana, des groupes de jeunes, occupent quelque tables en train de jouer à toutes sortes de jeu. Des pions, des cartes, des stratagemes… les lieux ressemblent même à des cours de récréation où rire, fun, jeu… sont au rendez-vous. Au fait, il s’agit d’un lieu à part entière où les jeux de sociétés sont les maîtres mots. En vérité, c’est comme une sorte de karaoké, mais l’objectif est de jouer et non de chanter. Même si les snacks et boissons restent d’actualité. « Les activités culturelles locales sont insuffisantes. Nous avons créé le concept pour que, non seulement les clients s’amusent, mais surtout qu’ils acquièrent des connaissances en passant du bon temps », explique Andrianarivo Ramananarivo, co-gérant des lieux.

Selon lui, le concept attire de plus en plus adolescents et adultes pour preuve, les lieux ne désemplissent pas. En ce sens, les lieux proposent quatre catégories de jeux de société: les classiques, les jeux de réflexe, la culture générale et enfin les jeux d’ambiance. « Nous proposons plus d’une centaine de jeux. Mais le but n’est pas de faire des paris ou des jeux d’argent, mais de les faire découvrir les jeux ainsi que ce monde ludique », poursuit-il. Pour susciter même l’intérêt du public aux jeux de société, les lieux proposent également des soirées quizz axées généralement aux questions de cultures générales.  » Au moins, nos clients sortent d’ici avec au moins cinq nouvelles connaissances », insistent le co-gérant.

Lire aussi  Andry Razakamanana : "Une stimulation de l'intelligence"
Nouveautés

Mais la connaissance de la plupart des locaux des jeux de société se limitent généralement aux plus grands classiques, tels que le monopoly, le jeu de cartes, les milles bornes, le scrabble, l’échec… Même les jeux typiques nationaux comme le katro et le fanorona passent au second plan. Des réponses presque automatiques pour les quelques jeunes qui ont donné leur avis sur le sujet.

« Nous sommes restés au tout début du XXe siècle tandis qu’à l’étranger, au fur et à mesure que le temps passe, diverses déclinaisons de jeux de société sont apparues », continue Andrianarivo Ramananarivo. Il existe même des tournois internationaux liés à ces jeux, sinon l’élection des meilleurs jeux de l’année.

D’après les sites spécialisés, Concept, Riff Raff, Les bâtisseurs, Bruxelles… sont les sélections de l’année dernière. Des jeux plus qu’intéressants qui surpassent les applications à télécharger sur téléphone et sur ordinateur et qui ont fait un tabac auprès des jury et du public. » Certes, ils sont intéressants, mais le handicap réside dans les prix. L’on ne peut se permettre de s’offrir les dernières nouveautés. Je pense que si nous avons les moyens, l’on sera également des fanatiques. A voir le succès de « Questions pour un Champion » auprès des téléspectateurs malgaches », explique Iony Ratsimandresy, étudiant. Il poursuit que les jeux vidéos ou encore les diverses applications n’ont rien à voir avec ces jeux de société. « Rien ne vaut qu’une partie de jeu entre amis ou en famille. Jouer tout seul n’est pas toujours aussi amusant », conclut l’étudiant.

Lire aussi  Andry Razakamanana : "Une stimulation de l'intelligence"
Pour preuve, le salon des jeux de société organisé par l’Alliance française de Antananarivo ne désemplit pas chaque année. Actuellement à sa vingtième édition, la salle est toujours comble à en croire que le numérique et le virtuel n’est juste que du passe-temps et que les jeux de sociétés en bonne et dû forme sont de vrais jeux. En tout cas, si les uns pensent qu’ils sont passés de mode, la réalité en dit le contraire. En plus, les jeux les plus classique comme les jeux de cartes, les dominos font toujours partie des activités ludiques des jeunes et des familles. Par ailleurs, chaque année, de nouveaux jeux de société sont mis en vente et ils sont plus d’une centaine sur le marché ludique. Les fanatiques de ces jeux répliqueraient bien que les vidéos, internet ou les applications n’arriveraient même pas à concurrencer les jeux de sociétés.

Sarindra Razafindrabe