Il n’a rien dit d’exceptionnel. Mais ses déclarations ont eu le mérite de crever l’abcès et mettre en garde l’excès de zèle des officiers généraux envers des politiciens qui conduisent à diviser les Corps armés. Le général de la
gendarmerie Giblain Pily, en partance à la retraite, a rappelé, à qui veut l’entendre,  que les politiciens divisent les Corps armés. Pour avoir été témoin et acteur des crises politiques successives, il parle en connaissance de cause, libéré des obligations de réserve. Une sortie peu appréciée par l’actuelle hiérarchie, connue pour ses actes d’allégeance envers le régime en place, au nom de la légalité constitutionnelle.