Tintin Ravonison a toujours cultivé l’esprit d’indépendance. Pour autant, il admire la démarche faite par Edgard Razafindravahy de partir de la base pour bâtir une nouvelle nation. Sans être tributaire des bailleurs de fonds.Quel est votre sentiment en ce jour de 11 septembre, quatorze ans après le drame des tours jumelles  ?
Mes sentiments auraient-ils vraiment  une importance quelconque concernant cette catastrophe subit par les États Unis d’il y a quatorze ans déjà,  d’après vous   ? Allez,  pour vous faire plaisir je vais faire un petit étalage de connaissance, genre très bien informé par les médias quoi. Les attentats du 11 septembre 2001 sont les  attentats les plus meurtriers jamais perpétrés depuis le début de l’histoire. 6291 personnes sont blessées lors de ces attaques   qui causent la mort de 2 973 personnes, appartenant à quatre-vingt-treize pays, dont 343 membres du  New York City Fire Department (FDNY), 37 membres du Port Authority Police Department et 23 membres du New York City Police Department (soit 2 992 morts en comptant les dix-neuf terroristes pirates de l’air), selon les chiffres officiels du rapport de la   Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, remis le 22 juillet 2004 . Le site du mémorial du 11 septembre construit à l’emplacement des tours jumelles du World Trade Center recense finalement 2 977 victimes… Ce qui m’avait marqué,  c’est le retour de flamme reçu en pleine figure par l’Amiral Didier Ratsiraka après sa grande réflexion légendaire disant que «  nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude » … Et nous savons tous, quel était le résultat en 2002 .
Depuis, les États-Unis et la communauté internationale ont voulu imposer leur démocratie aux pays arabes. Les dictateurs ont été déchus et assassinés, mais ces pays sont aujourd’hui déchirés par les mouvements islamistes. Est-ce la démocratie occidentale s’adapte à toutes les situations.
Eh ben, voilà s’ensuit  la suite logique de votre question. On ne peut demander réparation d’un préjudice causé illégalement par soi-même. Nul ne peut en effet rédiger un contrat volontairement illégal dans le but de le faire casser ensuite. Bien entendu quand un dirigeant d’un pays en voie de développement ou émergent commence à ne plus plaire aux grandes puissances, pas  bon élève, il est tout de suite considéré comme un dictateur et  se fait déchoir ou carrément dégommer aussi sec de son perchoir. La démocratie n’est pas une science exacte, elle est sujette à interprétation libre, le faite d’imposer SA démocratie n’est en fait, qu’une simple dictature. Évidemment que nous sommes obligés de nous  adapter à la démocratie occidentale dans la mesure où même nos us et coutumes ont été déracinés, supprimés et enlevés de nos mémoires au fur et à mesure. Prenons juste un exemple, le respect des aînés quels que soient leurs statuts sociaux, est- il une  entrave à la démocratie !  Toute forme de révolutions visant ne serait-ce que la préservation d’un mode de vie ancestral  est tout de suite sanctionnée par une gentille  réprimande diplomatique.
Madagascar n’a pas échappé à cette immixtion des grandes puissances qui ont dicté une élection en 2003 pour sortir de la crise politique. Pour vous, on est sorti de l’auberge  ?
Nous nous sommes plutôt enfermés dans la gargote oui … À ce jour, nous som­mes encore dans le sempiternel tiraillement entre les partis politiques, soit disant , en position de force. La Communauté Internationale a essayé de  dénouer à sa façon  cette abominable crise qui ronge le pays comme un cancer. Au lieu de se donner la main afin d’avancer dans le même sens, quelle que soit la direction, nous nous mettons des bâtons dans les roues juste pour avoir raison, oui, avoir raison, mais aux yeux de qui et pourquoi faire !
Feuille de route,  Constitution,  Élection,  Pacte,  aucun(e)  ne  convient, les résultats sont là, comme preuve irréfutable pour la simple et bonne raison que rien n’est  respecté ni appliqué.
Nous avons passé directement la vitesse supérieure en effectuant des élections démocratiques, transparentes, équitables et acceptées par tous mais au moment d’appliquer les lois convenues, nous trouvons les moyens de les interpréter chacun à notre façon, juste pour ne rien dire et pendant ce temps là, le peuple continue à agoniser et mourir  en silence comme des agneaux.
Heureusement qu’il y a des Entreprises citoyennes qui, croient encore au décollage de notre cher pays et servent de perfusion provisoire pour maintenir en vie  tant bien que mal une économie dévastée,  dans sa globalité.
 Vous êtes un partisan de la réconciliation nationale. Au final, Marc Ravalomanana a été blanchi de ses torts et recommence à défier le régime en place. Son retour au pays a-t-il contribué à ramener le calme et l’apaisement sur le front politique.
Je vous remercie de poser cette question. Le problème réside plutôt dans l’égocentrisme et l’arrogance  de nos politiciens,  ce qui empêche la solidarité source de paix et de force pour défendre la nation de tous les pilleurs professionnels qu’ils soient Malgaches ou étrangers.
L’ancien Président  Marc Ravalomanana  n’a pas été blanchi, comme vous le dites,  de ses torts à ce que je sache. À mon avis, Il est juste toléré pour le moment grâce à des accords secrets imposés par les « grands ». Quand vous dites
« a… contribué » cela suppose que le calme et l’apaisement politique sont donc  instaurés. Peut être pour ceux qui vivent bien pour ne pas dire mieux dans la situation actuelle qui pensent que tout va à merveille.
Faut-il continuer les actions visant à raffermir les amitiés entre ces politiciens, au-delà des élections communales ?
Est-ce un déshonneur ou carrément un crime, ne serait-ce que, de se montrer solidaire afin de ramener le calme et la paix pour sécuriser la population dans un premier temps et se pencher sérieusement sur le développement tant espéré et prôné par tous dans un deuxième temps ?   Nous ne devons  pas oublier qu’il n’y a qu’un seul  et  unique  chemin  que l’on doit obligatoirement arpenter tous  ensemble.
Personne ne mérite de vivre en marge de la société car cela ne fait pas partie de notre soatoavina qui nous a rendus  pacifiques et dignes malgré les turbulences que nous avons  traversées  depuis des lustres.
Le peuple Malgache a besoin de paix en premier lieu, quitte à se développer à un rythme qui ne convient pas spécialement aux dirigeants pressés de vivre autrement. Cette paix, pourtant, n’empêche personne de vivre comme chacun l’entend ! Au contraire.
Se donner la main sans retenue… n’est peut être pas la solution idéale pour certains, mais la mieux adaptée pour nous tous.
Comment expliquez  -vous le comportement des députés qui se vendent au plus offrant au nom du peuple malagasy  ?
Je n’ai pas vu de mes propres yeux ni à travers les médias avec des preuves irréfutables des députés qui se sont vendus au plus offrant comme vous dites. Cela dit, il est évident que, jusqu’à ce jour, la majorité des problèmes évoqués par nos députés tournent autour de leurs intérêts personnels. Il est grand temps qu’ils « pondent » des lois qui visent à défendre à tout prix  la population qui les a élus  pour occuper cette chambre basse …
Avez- vous des propositions à faire pour les contraindre à respecter les partis ou associations qui les ont présentés aux législatives
Une proposition simple : Transmettre en direct à la radio et à la télévision toutes les sessions parlementaires. Cela ferait aussi des économies de 4×4  de carburant et de fatigues  pour eux. La population dans son ensemble sera, au moins, servie même si elle n’est pas rassasiée.
 Il a été question dans cette quatrième république de violations répétées de la Constitution, êtes-vous de cet avis  ?
Quelle est la constitution qui n’a pas été violée par les républiques successives de notre pays !
À chaque « élection » d’un Président, la constitution a été retaillée à ses menstruations à tel point que cela n’étonnera  personne  si  on  passe à la cinquième république pendant le règne du Président actuel.
Les grèves à la Jirama et aux universités se poursuivent. Votre lecture de ces conflits sociaux ?
C’est le reflet exact de l’ensemble de la situation découlant d’un malaise général qui prévaut depuis la crise de 2002.
Pouvez-vous émettre une esquisse de solution pour ces deux cas  ?
La seule et unique solution, pour tous les cas qui se présentent chez nous, est le dialogue.
Est-ce que le programme présidentiel, dans sa dernière version, peut-il garantir le développement du pays dans les composantes de sa population.
À vrai dire, je ne suis pas au courant de la première ni de la dernière version  pour la simple et bonne raison que ce fameux programme n’a pas été envoyé pour large diffusion dans les médias Malgaches.
Au fait, entre parenthèse, est ce que le journal officiel existe-t-il encore !   
Par conséquent, une frange de la population se trouve dans le brouillard et peut se faire facilement manipuler par les politicards et le cercle vicieux a de beaux jours devant lui pour tourner en toute quiétude. Le vrai développement dans un pays pauvre mais riche comme le nôtre ne peut se réaliser qu’à partir d’une mise au parfum complète de la population de base.
Je tiens à rester décent dans ce journal que tout le monde sait à qui il appartient, tout en partageant cette vision nouvelle et logique concernant l’action que je considère comme citoyenne et patriotique, menée, ces derniers temps par cette nouvelle entité s’appelant  ADN ( Antoka Dinan’ny Nosy ).  Une descente directe au niveau des fokontany, non pas pour faire de la propagande ( manolotolotra sy mandambolambo)  mais d’éduquer, d’apprendre et de conscientiser  la population de base à se prendre en main et  à oser prendre des initiatives en toute indépendance,  conscience et responsabilité  pour développer leur localité.
J’aimerais apporter une infime contribution en proposant une humble idée à son organe dirigeant de coupler  ces nobles  actions avec une opération karapanondro laquelle facilitera le recensement  qui devrait être effectué tous les jours ouvrables par les services étatiques concernés.

Propos recueillis par Eric Ranjalahy