Actualites Sport

Délassement – Futsal, l’after work par excellence 

Jouer, se faire plaisir, suer en toute sécurité et en tout temps, c’est le concept avantageux 
de la pratique du futsal à Antananarivo. Un concept grandissant qui mérite d’être exploité 
pour le grand plaisir des grands travailleurs du jour, qui, désormais peuvent compléter leur fin 
de journée avec une bonne dose d’effort physique….. Attention, troisième mi-temps oblige

Ces dernières années, le foot en salle, par équipe de cinq, est de plus en plus populaire dans le monde et plus particulièrement à Antananarivo.  Il est pratiqué en club en France par exemple mais plutôt  dans des complexes prévus pour le grand public dans la capitale malgache.
De plus en plus, les amateurs tentent de reproduire les gestes techniques des Ronaldo, Messi, Ibrahimovic, leurs idoles, en salle. Les terrains sont plus petits, les équipes sont réduites, les joueurs touchent plus le ballon, bref, le côté ludique attire de nombreuses personnes, y compris ceux qui avaient arrêté le foot depuis longtemps. Des structures privées ont commencé à lancer le concept depuis 2014 à Antananarivo comme Urban Futsal Andraharo qui a un complexe pouvant accueillir de nombreux joueurs amateurs.
Un business grandissant pour Urban Futsal qui donc depuis 2014 n’a cessé de compter de plus en plus d’adhérents au fil des années. Il y a trois grandes activités dans cette boite dirigée par David Verly. Les locations, le championnat où il y a actuellement quatre divisions, puis l’académie pour les enfant de six à seize ans qui jouent les mercredi et vendredi après-midi en plus du samedi qui réunit en tout pas moins de 170 enfants.
Pour les équipes qui sont des adherents, ils jouent des matches chaque soir et paient
1 800 000 ariary pour onze matches «aller » et onze matches « retour » et cela durant six bons mois. Un tarif raisonnable qui intéresse davantage les entreprises ou les groupes d’amis à avoir une remise sur certaines priorités dans l’utilisation des terrains.

Supporter, l’occasion de raffermir les liens familiaux

Se faire plaisir
Il fut un temps où aller au karaoke était la mode et restait l’after work idéal pour les Tananariviens. Actuellement, le phénomène « futsal » commence à prendre de l’ampleur. Les entreprises, les groupes d’amis et de particuliers se réservent une heure de futsal après le travail vers 18h. « On est ouvert au grand public et notre clientèle se compose de plusieurs types de personnes. Il faut simplement réserver pour avoir accès au terrain. On enregistre un taux de fréquentation élevé tous les jours, excepté les mardis. Pour les locations on reste ouvert de 6h du matin à minuit », rappelle Judith Ranaivoarisoa, responsable auprès d’Urban Futsal à Andraharo où on a quatre terrains qui se louent à raison de 100 000 ariary l’heure
L’idée de l’after work c’était d’aller boire un verre entre amis en pleine semaine, danser et s’amuser mais pas trop tard, pas plus de deux heures du matin : il faut pouvoir travailler le lendemain. Pour les salles de foot, c’est à  peu près le même concept sauf qu’au lieu d’aller boire, on va jouer au foot.
Après avoir réservé au préalable, les sportifs amateurs passent à l’accueil pour confirmer leur présence et s’engouffrent dans les vestiaires. La plupart entrent en costume cravate et en ressortent en short,
maillot et godasses sans crampons aux pieds.

Initiations
Dans les allées de l’Urban Futsal, certains sont en effervescence, au téléphone, rappelant d’une voix calme mais ferme: « On avait dit 21 heures, il est 21h10, vous êtes où ? On a payé une heure, dépêchez-vous! ». Les plus prévoyants arrivent en avance, ils patientent dans une salle d’accueil où ils peuvent siroter un coca ou une bière achetés au bar, en regardant toujours du sport et rien que du sport .
Depuis peu, les hommes qui jouent au « futsal », peuvent être accompagnés de leur compagnes ou femmes, qui, elles vont par contre faire de la « zumba » toujours à Urban Futsal Andraharo. De cette façon hommes
et femmes peuvent effectuer au même endroit une activité physique au quotidien nécéssaire pour améliorer la santé et le bien être. L’ambiance très conviviale accompagne toujours ces pratiques ou peuvent se
regrouper quelques minutes ou quelques heures directeurs et simples employés, cadres et chefs de service ou même chauffeurs. Au lieu de faire des « team building », certaines entreprises optent pour le futsal et soirée pour raffermir les liens entre les employés. La tendance actuelle.

Dina Razafimahatratra