Ils ont marqué la semaine

Didier Ratsiraka Frileux

Son parti l’Arema a perdu de son influence sur l’échiquier politique. Lui-même affaibli sur le plan physique pour tenir une campagne de longue haleine. Didier Ratsiraka cherche une échappatoire pour éviter le verdict des urnes. En toute logique. La réconciliation d’abord, les élections après, insiste-t-il. Mais réconcilier qui avec quoi. Les Malgaches et leur histoire, les protagonistes des crises politiques successives et les  rivaux d’aujourd’hui.  La Constitution impose les élections. Il ne s’agit pas d’une exigence d’une partie de la population. Les actuels dirigeants ont  « prescrit » d’attendre 2018 aux opposants trop pressés de revenir au pouvoir. Des échéances tout à fait normales. Aussi cette initiative de l’Amiral inquiète plus qu’elle ne rassure. Il veut encore nous mener en bateau, ironise-t-on dans certains salons politiques.