Actualites alaune Politique

Edgard Razafindravahy – « Le bonheur de chaque personne contribue au développement du pays »

Edgard Razafindravahy, en contact direct avec le peuple

Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti « Antoka sy Dinan’ny Nosy » (ADN) a profité de sa visite à Ambatomirahavavy pour transmettre un message fort dans le cadre de la commémoration du 29 mars. Il soutient qu’une personne trouvant son bonheur est en mesure de prendre en main les actions de développement le conduisant vers une véritable indépendanceRevendiquer le bonheur du peuple. Le parti ADN (Arche de la Nation) a jumelé la célébration du soixante-et-onzième anniversaire du 29 mars 1947 avec une descente sur terrain dans le cadre de sa tournée régionale pour asseoir le socle de la refondation à la base, le mercredi 28 mars, à Ambatomirahavavy sur la route nationale 1. Le chef de file national de l’ADN Edgard Razafindravahy et son équipe ont tenu à sensibiliser les Malgaches et les détenteurs du pouvoir, ainsi que les politiciens en particulier, à se donner la main pour que tout un chacun accède au bonheur et jouisse de la réelle indépendance, héritage de la lutte menée par les patriotes en marge de l’insurrection du 29 mars 1947.
«Lorsqu’un citoyen vit dans le bien-être, il peut participer activement à la croissance de son pays. C’est dans ce sens que nous revendiquons la refondation depuis la base qui met l’homme au centre de toutes les activités. Elle revalorise également l’homme dans  sa dignité et redore ainsi son éthique dans son existence», fait-il savoir durant les échanges avec ses interlocuteurs à Ambatomirahavavy.

Le chef de file nationale du parti ADN s’ouvre
à tous les acteurs

Pour le parti ADN, le quotidien des personnes prises en charge dans un centre social dans cette localité reflète la déception, la colère ou encore la souffrance de la population malgache. Tout comme la majorité de ses compatriotes dans toute l’Île, les citoyens ne se sentent plus maîtres chez eux, dans leur pays natal. C’est une similitude vécue par ses aînés et des aïeux durant la colonisation. Une situation qui a suscité le soulèvement le 29 mars 1947. Un sentiment d’ un goût d’inachevé ranime la déception des Malgaches, malgré la lutte menée il y a 71 ans et le retour de l’Indépendance de Madagascar acquise il y a cinquante-huit années.
Au cours de cette visite à Ambatomirahavavy, le chef de file nationale du parti ADN a transmis que «l’argent ne garantit pas toujours le bonheur. Celui-ci ne se mesure non plus par les données  statistiques, dont la croissance économique, tant prônées par des spécialistes au service du régime.»
Edgard Razafindrvahy, a profité des échanges avec une partie de la population locale pour relater que «des Malgaches nantis peuvent très bien aider leurs semblables mais ils rechignent à franchir le pas.» La question d’argent s’immisce dans la politique, l’éducation et même la foi. L’argent est devenu source de destruction et arme nuisible à la vie de la nation durant les années qui se sont succédé. Edgard Razafindravahy a rappelé que «la lutte menée par les patriotes n’a jamais été motivée par l’argent ou n’importe quelle contrepartie si ce n’est que le bonheur du peuple avide de l’indépendance. Dans la quête d’un vrai développement, la question de portefeuille ou de mallette devrait nous couvrir de honte», poursuit-il.

Des jeunes profitent du programme offert par CODERBUS

Leçon de vie
Il appartient aux politiciens de rechercher les critères laissant au peuple l’occasion de s’épanouir et de leur accorder le pouvoir. Si chaque parti et ses leaders prônent l’intérêt général du pays et de la population dans toutes leurs actions, ils sauront aisément soutenir le bien-être des Malgaches, leurs offrant le bonheur tant espéré depuis plusieurs dizaines d’années. Souvent, comme c’est le cas actuellement, tous se précipitent vers les élections alors que les divers tourments effrayent la population. Le mouvement du 29 mars 1947 n’a pas encore atteint son ultime but.

CODERBUS et BIBLIOBUS, prêts à accompagner les jeunes dans des découvertes

Structure « Sahaza »

L’approche politique du parti ADN a ravi et convaincu Ambatomirahavavy. Ceux qui ont côtoyé le chef de file nationale du parti libéral malgache ont compris les leçons de bonheur, un concept qui n’est pas forcément concret et palpable. «La population assouvie profite de la sécurité du point de vue mental et nutritionnel. Elle se sent épanouie à l’abri des brigands qui l’assaillent, quand elle vit en harmonie avec sa famille et son entourage, dans une ville salubre et quand elle peut circuler librement, quand elle croit que sa patrie lui appartient et que personne n’y exerce aucune ingérence étrangère. Sa vie fleurit quand on lui accorde le pouvoir de protéger les richesses et ressources dont elle dispose», confie-t-il.
Dans cette même lancée, le parti ADN réclame la marche vers la refondation à la base, un des facteurs qui redorent les valeurs malgaches totalement désintéressées et vers la mise en place d’une structure étatique appropriée ou «Fédéralisme Sahaza», un pacte conclu avec le peuple, garantissant son bonheur.
La visite entreprise par Edgard Razafindravahy et son équipe allie les actions sociales à la sensibilisation citoyenne. La présence de BIBLIOBUS initie aux enfants et aux jeunes la passion à la lecture, tandis que CODERBUS a pu aider les mêmes cibles à s’imprégner aux nouvelles technologies grâce à un programme de création de jeux et d’animation. Par ailleurs, ECOLOBUS a déjà fréquenté ce fokontany en novembre 2017 afin d’optimiser les actions d’assainissement et la promotion de la protection de l’environnement.

Par Farah Raharijaona
Photos : Claude Rakotobe