Editorial Opinions

Paradis ou parodie fiscale

Annoncer et énoncer de bonnes nouvelles pour mettre en évidence l’efficacité du régime HVM à l’agonie. Voilà la stratégie de communication adoptée ces derniers jours par des organismes rattachés  aux ministères. Le directeur général des Impôts, Iouri Garisse Razafindrakoto, a saisi la balle au bond pour exécuter une reprise à la volée acrobatique, digne des gestes techniques d’anthologie  inouïs  de Gareth Bale ou de Cristiano Ronaldo, à l’origine des buts tout aussi mémorables du Real Madrid.
« Avec une réalisation de 594,32 milliards d’ariary contre une prévision de 579,54 milliards, l’objectif est atteint et même dépassé pour ce premier trimestre 2018 », révèle  Iouri Garisse Razafindrakoto qui n’a pas manqué d’encourager ses collaborateurs malgré le contexte qui prévaut actuellement. Où des agents du fisc sont en grève. Avec un taux de réalisation de 102,53%, c’est un surplus de 14,66 milliards que la direction générale des Impôts, DGI, a engrangé en ce début d’année. Par rapport à 2017, les Recettes fiscales intérieures, RFI, ont connu une croissance de 22,29% tirée principalement par la croissance positive des impôts et taxes sur les revenus qui se sont renforcés au cours du premier trimestre 2018 et l’apport de la TVA.
Des performances acquises par des mutations dans les  rouages du mécanisme de recouvrement et par une intense
campagne de sensibilisation sur l’importance  des recettes fiscales dans la vie communautaire. Des spots publicitaires, animés par un comédien connu et reconnu pour ses facéties hilarantes, conscientisent sur la nécessité de s’acquitter de ses impôts et taxes pour que la commune puisse construire des infrastructures publiques, bénéfiques pour tout le monde.
Mais des réalités moins cohérentes se tissent en toile de fond(s) de cette volonté manifeste d’augmenter le taux de pression fiscale, qui ne représente plus que 14% du Produit intérieur brut dans le meilleur des cas. Une des performances les plus faibles du continent africain. Des pays dévastés par des années de guerre civile, le Rwanda, le Tchad, ou le Mozambique, arrivent à passer la barre des 20% sans trop se poser de questions.
Une des explications souvent avancées à cette faiblesse des ressources internes, a toujours été le peu de considération par le gouvernement des propositions des principaux acteurs que sont les opérateurs économiques, lors de l’élaboration des projets de loi de finances initiales ou rectificatives. Ils sont consultés, participent même aux travaux de commission à l’Assemblée nationale, mais au final, aucune de leurs propositions sur l’amélioration du régime fiscal, n’a été retenue. Et comme les députés rechignent, n’ont pas le courage d’éplucher ces
volumineux dossiers bourrés de chiffres et de subtilités financières qui arrivent sur le tard à l’Assemblée nationale, tout est adopté sans la moindre retouche. Au point que les principaux concernés, les contribuables en premier lieu, ignorent ce qui les attend. La DGI a organisé des séances d’information en la matière.
L’autre handicap ne peut être que l’évasion ou les fraudes fiscales. Tout le monde sait que de nombreuses entreprises d’une certaine envergure échappent à leur obligations envers l’État ou ne s’acquittent que du minimum de ce qu’elles devraient payer. Tout est permis sans être vu. Dans la même configuration, mais dans un autre registre, une masse ouvrière importante, salariés ou travailleurs individuels, s’active dans le secteur informel.
Une bouée de sauvetage pour les naufragés du chômage de longue durée, mais un énorme manque à gagner pour la caisse de l’État. À titre d’exemple, pas moins de six cents mille orpailleurs ont été recensés dans quatre cents communes aurifères.
Quarante mille d’entre eux ont pu régulariser leurs exploitations. C’est dire l’immense tâche qui attend les responsables engagés sur des réformes en profondeur des filons du métal jaune.
Enfin, les assujettis malgaches ont une perception particulière des  contributions fiscales. Comme ils ne ressentent aucune amélioration de leur cadre de vie- rues et routes nationales en dégradation permanente, services sanitaires coûteux et défaillants, éducation nationale en perte de repères, insécurité grandissante…, ils ont l’impression de financer le train de vie des dirigeants en payant leur dû à l’État. Un véritable changement de mentalité s’impose avant de passer aux comptoirs des centres fiscaux.
Si proches des imposables.

par Eric Ranjalahy