Actualites Culture

Exposition à Yaoundé – Idah Razafindrakoto défend sa conviction

Bédéiste et carnéttiste de Madagascar, résidant au Cameroun, Idah démontre un talent précoce régi par une sensibilité profonde. Depuis le 6 avril, la jeune talentueuse a  exposé certains de ses œuvres à Yaoundé

Intitulée de façon plutôt poétique «Imaginarium», l’exposition qui s’est  tenue à Yaoundé, du 6 au 30 avril, à l’Institut Français du Cameroun, s’est inscrite comme un plaidoyer pour la protection de l’environnement. Idah Razafindrakoto est carnéttiste et réalise également des dessins du genre BD. Pour cette onzième édition de la série d’expositions de dessins Imaginarium,  elle met ses talents
au service de l’environnement qui a pour objet d’évoquer, une nouvelle fois, le symbolisme végétal à partir d’un vécu et d’un vu, lors de l’exploration de la ville de Yaoundé. « La série d’expositions de dessins Imaginarium a vu le jour à Antananarivo en 2016, et a été exposée à l’Ivontoeran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM).  Par la suite, elle s’est manifestée dans neuf pays différents. A Yaoundé, l’ exposition s’est concrétisée à l’issue d’une résidence et tend  à alimenter les sentiments d’appartenance des habitants en leur proposant une nouvelle relecture de la capitale du Cameroun. Il s’agissait ici de produire une vingtaine d’œuvres illustréeset de multiples explorations en y relatant des espaces réels tels que les monuments, rues communes, marché, gare,… en mettant en exergue la nature », explique Idah. A noter que, depuis mai 2016, Imaginarium s’est déjà manifesté à cinq reprises dans quatre pays, Madagascar, France, La Réunion et Comores.
Les images de la série « Imaginarium à Yaoundé » sont dessinées dans un style simple et épuré, permettant au lecteur de se focaliser sur leur message. Chacune contient une astuce différente, accompagnée de quelques mots qui invitent
à se renseigner par soi-même. Certaines de ces astuces sont bien connues, comme le compostage, d’autres se révèlent moins évidente, comme le recyclage des objets en plastique. Elles peuvent servir de mémo pour ceux qui sont à la recherche de motivation et inspirer ceux qui voudraient, eux aussi, faire un pas de plus pour la planète.
« Plusieurs messages peuvent se laisser entrevoir, tels que
les enjeux de la gouvernance des ressources naturelles, les dangers de la pollution des sols, la nécessité de la participation citoyenne en vue de la préservation de l’environnement, la valorisation des espaces verts ou encore les avantages écologiques dont dispose la ville de Yaoundé, étant donné la fertilité de ses sols et de son climat incroyablement aisé », souligne-t-elle,  soucieuse de défendre ses convictions. Bref, Idah la bédéiste s’est lancée un double défi : multiplier les gestes en faveur de l’environnement
et les mettre en image pour inspirer les autres autour d’elle. Le résultat ? Une série aux traits épurés composée de vingtaine d’illustrations qui donneront des idées à chacun.

Sitraka Rakotobe