Actualites Culture

Rytme tropical – Jijih impose son style varié

Une montée en puissance et une ascension fulgurante. Ce sont les qualifications concrètes et justifiées pour décrire le parcours progressif et prometteur de ce  chanteur originaire de Toliara. Après avoir réalisé une fructueuse saison à travers la formule Tour du Sud 2017 (Ampanihy, Betioky, Bekily, Ilakaka, Sakaraha, Tolagnaro, Toliara), il est à nouveau disponible et répond présent dans le monde du showbiz local. Pour bien démarrer la nouvelle saison, le groupe Jijih au grand complet, avec lui-même au lead vocal  entouré de musiciens, choristes et danseurs bourrés de talents. Un grand rendez-vous à ne pas rater, fixé ce soir
à l’Hôtel Le Glacier à Analakely où il se produit en version cabaret dancing avec deux invités de marque : Jackie et Fredeau, respectivement les kopi kolé de Dadi Love et Elidiot. Ambitieux tel qu’il est, Jijih représente un artiste bien décidé à aller le plus loin possible dans sa jeune carrière. Rien ne semble pouvoir arrêter cet artiste dont la carrière est prometteuse et encourageante. «C’est mon grand souhait de choisir de voler de mes propres ailes depuis 2015 après avoir partagé mon talent de danseur auprès de différents groupes en l’occurrence Black Nadia, Onja et Poopy. Ma passion pour la danse n’est pas le fruit d’un hasard. Durant mon enfance, j’ai toujours adoré chanter et danser» a-t-il rappelé avec beaucoup de fierté. Aujourd’ hui, cet artiste-compositeur et interprète, ancien membre d’une chorale, est le seul dans sa famille à s’attribuer la casquette d’un artiste. À signaler aussi dans son parcours, son titre de leader et fondateur de la formation masculine dénommée The Mousquetaires Man constitué de talentueux et d’énergiques chanteurs et danseurs. Comme chaque chose a une fin, malheureusement, l’existence de la formation a été de courte durée avant sa dissolution définitive.

Découverte 
Pour Jijih, chaque chose en son temps. Débrouillard comme il est, il n’a cessé de chercher le bon chemin pour réussir ce qu’il entreprend et d’innover son talent. Comme toute peine mérite récompense, il a créé son propre groupe après avoir complété son expérience en danse et chorégraphie avec le célèbre Navin ou Dihvin. « Et oui, je remercie Dieu d’avoir bénéficié des précieux conseils et des techniques de base en danse avec Dihvin
ou Navin. Il m’a fourni de nouvelles expériences sur cette discipline qui me tient beaucoup à cœur. Aujourd’hui, je suis fier de mon parcours et je souhaite aller le plus loin possible. Certes, il me reste encore beaucoup d’étapes à franchir mais à cœur vaillant rien d’impossible. J’ai gardé un souvenir mémorable en 2016 à l’issue de mon spectacle avec Black Nadia le Lundi de Pâques à Morondava » et une soirée à Nosy Be» a annoncé Jijih. Le rythme tropical domine son répertoire mélangé avec le tsapiky, l’afrobeat,
le gweta, le chuky et le coupé décalé. Quelques extraits de ses titres: Ialao (chuky), Valiko tiako (gweta), Tsy digniko, (gweta), Ray sy iray fet Black Nadia (tsapiky), Tsy mivola (chuky), Pipiso (afro), 40/40 (afro), Tsy foiko, rehe (chuky), Andraso(décalé), Eleanh (décalé), Allumez le feu
(décalé).
.
Jean Paul Lucien