Actualites Culture Portrait

Fela Razafiarison – Le théatre, un partage de vision et d’émotion

Un visage jovial, affichant toujours la bonne humeur, c’est peut-être l’effet du théâtre. Fela Razafiarison, comédienne de la Compagnie Miangaly, s’épanouit dans cette discipline. Le théâtre et elle, c’est une histoire d’amour, un engagement

Née à Antsirabe, Fela Razafiarison commence à faire du théâtre en 1997, à l’âge de 13 ans. Elle rejoint la compagnie Miangaly en 2002, dirigée par Christiane Ramanantsoa. Elle a participé aux deux premiers chantiers de « L’improbable vérité du  monde » à La Réunion, puis à Madagascar. Elle a participé également aux deux éditions de « L’œil du cyclone » organisées par le Centre Dramatique  de l’océan Indien à La Réunion. Elle a aussi participé à d’autres rencontres, festivals comme le  Festival des Arlequins  à Cholet en France, le Festival Orange Caravane à Maurice, les Printemps des comédiens à Montpellier (France) ou encore le Festival Zegny’Zo des arts de la rue à Diego Suarez. Comme Comédienne, Fela Razafiarison a travaillé sous la direction de Christiane Ramanantsoa et d’Alain Kamal Martial.

Comment est-elle née votre passion pour le théâtre?
Le théâtre est venu par hasard dans ma vie. En fait, j’ai commencé dans un atelier à l’Alliance Française
d’Antsirabe. L’idée était de faire des activités le samedi et c’était tout. Mais j’ai eu la chance, et j’en parle souvent, d’avoir été dès le départ encadré par des passionnés de théâtre. Les bases, ce sont eux qui me les ont transmises, la passion aussi. Si je n’y connaissais rien avant cela, et surtout, je voyais ça comme l’ennui absolu, grâce à ces personnes là, l’engagement dans le travail, le plaisir de jouer, c’est dans cet atelier que ça a commencé. Puis, au fur et à mesure, d’autres passionnés ont jalonné mon parcours et dans un pays où aucune école ne propose des cours de théâtre, cette passion m’a été salutaires.

Une malagasy dans le théâtre contem- porain, qu’est-ce que cela implique? 
Le théâtre à Madagascar aujourd’ hui, c’est presque improbable. Il y a environ deux semaines, on me présente à quelqu’un qui travaille quand même dans la culture et on dit que je suis comédienne travaillant dans une compagnie de théâtre locale. Le monsieur répond, ça existe à Madagascar? Ce n’est pas toujours facile de vivre cet art dans ce pays, mais ce n’est pas grave. Notre théâtre, je dis notre parce que c’est la démarche de ma compagnie, est un théâtre qui vit son temps et son espace. Nous sommes à Madagascar, nous faisons du théâtre à Madagascar. Pas d’école, ce n’est pas un problème, nous avons créé notre propre théâtre, notre propre style de théâtre, né de
ce que nous vivons, de ce que nous rencontrons. Pas de public, et bien, dans notre démarche, nous avons
travaillé ces dernières années pour créer et appeler du public vers nous. J’ai, moi aussi, envie que nos politiques, et surtout ceux qui sont dans la culture reconnaissent mieux et soutiennent le travail par de vraies actions qui touchent les acteurs du secteur. Bien sûr que je rêve d’avoir un théâtre dans lequel je peux travailler avec ma compagnie à faire connaître cet art et à lui donner la place qu’elle devrait avoir. Mais attendre après tout cela, c’est actuellement vain, et nous, on veut que notre art reste vivant. Bref, tout cela implique que la plupart du temps, les gens ne comprennent pas que ce soit un métier, que j’y consacre autant de temps que n’importe quel autre métier. Effectivement, ne pas avoir de statut d’artiste et de ne pas être reconnu auprès du ministère tutelle me manquent, mais je ne vais pas me laisser freiner par cela. Gagner le trophée de la meilleure interprétation féminine au Festival de Passe Portes de Maurice en 2015, est la preuve que ce que nous faisons et continuons à faire tiennent la route.

Qu’est-ce que vous comptez partager à travers le théâtre?
Des réflexions, des émotions et des vies diverses et variées. Je voudrais que le temps d’une performance, d’un spectacle, on partage un même moment ensemble. Que les gens aiment ou pas, là n’est pas la question. Nous sommes à une époque où nous avons plus que jamais besoin de discuter, de sentir, de s’exprimer, de comprendre les différends, les divers types de pensées… Ce qui est difficile chez nous, c’est de faire comprendre que derrière ce que l’on voit, c’est du travail mais aussi présenter le théâtre comme une nécessité dans la société. Que dire par exemple de ces théâtres devenus des lieux de culte ou la quasi-inexistence d’ateliers d’initiation et de découverte culturelle dans nos programmes scolaires?

Vous faites parties des artistes les plus actives dans l’art contemporain, avez-vous des projets de 

Fela a ’envie de  secouer les gens

création?
Effectivement, je travaille principalement pour la Compagnie Miangaly mais je collabore également avec d’autres
artistes, d’autres disciplines, ici à Madagascar et ailleurs. Cependant, côté personnel, j’ai des projets qui sont en cours de diffusion et qui cherche à tourner: le spectacle  »Enfants C(h)oeur » dans lequel je joue seule, le spectacle  »Naïf » de Gad Bensalem pour lequel je suis le  »regard artistique » (et je n’y joue pas). Et bien sûr, je continue avec les ateliers de théâtre que je dispense dans les écoles et pour des associations malgaches. Je suis en train de réfléchir à une nouvelle création aussi, mais ça, je n’ai pas encore de détails pour le moment.

Du théâtre à la comédie?

Vous voulez dire au cinéma? C’est possible bien sûr. Mais je n’y mets pas mes efforts. J’aime le contact humain direct avec le public, ce moment de partage avec le public, totalement unique. Mais je suis ouverte aux
propositions bien que je mette un soin particulier à choisir les projets dans lesquels je travaille•

Fredo Rakotoarisoa