alaune Politique Région

Mahajanga – Les jeunes ADN  préparent la relève

La cité des Fleurs a accueilli une conférence-débat des jeunes, initiative de l’association des jeunes ADN, le samedi 31 mars 2018 après-midi, à la Chambre de commerce. Elle a porté sur le thème « Les enjeux des prochaines élections présidentielles et la structure adaptée à Madagascar ». Les jeunes Majungais ont répondu massivement à l’appel

Le droit à la parole. Face à la situation actuelle, les jeunes le revendiquent. C’est pourquoi l’association des jeunes ADN a invité la jeunesse majungaise le samedi 31 mars pour discuter des « Enjeux des prochaines élections présidentielles et la structure adaptée à  Madagascar ».

Un débat inclusif et porteur d’idées
Le débat a été animé, les avis partagés, mais le constat a été unanime : le pays est entré dans un cycle infernal  de corruption ajouté à une pauvreté généralisée de la population.
Mahajanga est une ville active, la majorité de sa population est constituée par des jeunes. Et pourtant, la jeunesse demeure discrète. L’organisation d’une conférence-débat a été une occasion pour elle de partager ses idées, soulever les problématiques qui la concernent et d’étaler au grand jour ses visions pour sa ville et son pays.
« Les jeunes ne croient plus en la politique et surtout en nos politiciens. Une situation désolante pour un pays qui a une population majoritairement constituée par des jeunes. Je suis un apprenti juriste, universitaire à Ambondrona, filière Droits et Sciences politiques. Je suis conscient de l’état actuel de notre pays et c’est pour cela que je suis venu ici, pour partager mon avis et mes idées. L’absence de tribune pour véhiculer et partager nos idées nous affecte beaucoup car nous nous sentons délaissés », lance Mickael Razafinakanga, étudiant de l’Université de Mahajanga.
La conférence a été donc une séance d’échanges et de partages entre les membres de l’association Jeunes libéraux ADN et la jeunesse majungaise. Hormis le thème de la conférence, plusieurs sujets concernant les jeunes ont été soulevés. Les Majungais se sont plaints du manque de formation professionnelle dédiée aux jeunes. « Depuis toujours, nous sommes malmenés par les politiciens. Inexpéri­mentés dans le domaine, nous acceptons les pots-de-vin et soutenons les candidats capables de nous en donner plus. Nous avons plus tendance à voir les chiffres que les idées, les programmes et les idéologies. Ce problème tue la jeunesse malgache et la rend irresponsable et incapable. Les jeunes ont besoin d’être bien formés et surtout accompagnés afin de devenir des acteurs majeurs du développement de leurs localités respectives », précise Manjaka Rolf. Avis partagé par tous ses confrères présents.
Concernant le thème proposé, la jeunesse majungaise a souligné l’importance de la tenue d’élections consensuelles, inclusives et démocratiques. Des élections organisées à la va-vite déclencheront encore une autre crise pré et postélectorale. « Tirons les leçons du passé et regardons ensemble l’avenir. Nous savons tous que les élections truquées sont les principales sources de troubles à Madagascar. Cette fois-ci, soyons de vrais acteurs du développement de Madagascar en évitant toutes stratégies de déstabilisation avant et après les prochaines échéances », prévient Saraha Fedena, une jeune majungaise.

Des solutions pour éviter la crise pré et postélectorale
Les jeunes de Mahajanga redoutent une grosse crise pré et postélectorale et la discussion autour de ce thème a été vive. Les jeunes de la cité des Fleurs suivent de près l’actualité du pays. Le code électoral a également fait l’objet d’un débat pendant la conférence. Les uns sont contre l’adoption de cette loi organique : « Certains articles figurant dans ce code porte une grave atteinte à la démocratie si l’on ne cite que l’exigence du bulletin N°2. » D’autres trouvent que l’adoption du code électoral est un grand pas vers la rupture du passé et la mise en place d’un vrai changement en argumentant que le bulletin n°2 permettra la disqualification de tous ceux qui ont commis des actes illégaux à Madagascar et surtout ceux qui ont contribué au déclin du pays.
Les membres de l’association des jeunes libéraux ADN, quant à eux, ont expliqué la position de leur parti conduit par Edgard Razafindravahy. « Madagascar ne mérite plus d’être conduit par les impunis », explique Andry Andria­mandroso, secrétaire général de l’association.
« Les personnes, les dirigeants qui ont fait preuve de leurs incompétences, de leurs magouilles et corruptions lors de leurs règnes, ne doivent plus revenir au pouvoir. Nous avons besoin de nouvelles têtes avec des programmes clairs, une vraie vision pour les jeunes et pour tout le pays. Aussi, les jeunes Malgaches doivent avoir l’audace de dénoncer les mauvaises pratiques politiques  qui existent partout dans la Grande île», continue-t-il. Le sujet semble rassembler effectivement les jeunes présents pour qui « l’impunité ne peut que faire décliner le pays ».
D’autres éclaircissements ont été apportés par les jeunes autour de la problématique électorale. Selon Luciana Rondronirina, « il existe un problème de fonds qui mérite réflexion. Les Malgaches ont tendance à voter pour un homme et non pour un programme, une idéologie. Nous devenons des fanatiques. Nous défendons l’intérêt personnel et non l’intérêt commun. Nous sommes le déclencheur de la crise et nous sommes également ses victimes. Si les  jeunes, sont considérés comme constituant la majorité de la population, changeons cette mentalité en devenant des acteurs responsables, Madagascar ne vivra plus jamais de crise politique ».
Pauvres, sans de véritables perspectives d’avenir à l’horizon et cela depuis bien longtemps, sans aucun moyen de développement, les jeunes de Mahajanga sont conscients du besoin de changement fondamental dans le pays. La structure unitaire existante est défaillante et ne répond pas aux besoins des populations locales. Les jeunes réclament de l’écoute, de la proximité de ceux qui les gouvernent, des aides concrètes pour développer leur région, leurs communes…
Le système fédéral Sahaza, apporté par le parti ADN et expliqué par les membres des jeunes du parti ADN a apporté un souffle d’espoir à l’assistance présente, le système ayant obtenu le consentement des jeunes présents à la conférence-débat. Profitant de son passage, le bureau national des jeunes ADN a consolidé la structure de l’association des jeunes libéraux à Mahajanga •

Parole aux jeunes…

Mickael Razafina­kanga, apprenti-juriste, Université d’Ambondrona - Mahajanga : 
« Le système fédéral approprié, proposé par le parti ADN, est très intéressant. Concernant le découpage territorial, je propose de le faire à partir de provinces déjà existantes. Je salue la démarche du parti ADN de vouloir faire participer la population locale au développement de sa localité et du pays et surtout la refondation de la Nation. »

Luciana Rondronirina, jeune enseignante : 
« Je suis convaincue par l’idée véhiculée par le parti ADN et je suis prête à m’engager dans l’association des jeunes ADN. Par ailleurs, nous insistons sur la formation des jeunes à Mahajanga car nous en avons besoin afin de convaincre d’autres jeunes comme nous à adhérer à la vision et idéologie de l’ADN. »

Herizo Odilon Rafalima­nana, étudiant en Médecine, Université d’Ambondrona- Mahajanga  : 
« Aucun politicien ne peut arriver au pouvoir sans le consentement du peuple. La majorité de la population malgache est constituée de jeunes. Donc, nous sommes la clé du développement ou du déclin de Madagas­car. L’avenir de notre pays est entre nos mains et soyons en conscients. »

Les jeunes Malgaches doivent avoir l’audace de dénoncer les mauvaises pratiques politiques  qui existent partout dans la Grande île

Une vue des participants au débat organisé par les jeunes libéraux ADN

 

Textes : Dallyca Ken 
Rotsiniana
Photos : 
Alain Taratriniaina