Actualites Sport

Omnisports – Serge Ramiandrisoa en raccourci

Serge Ramiandrasoa, ancien président de la Fédération malgache de tennis et membre du Comité olympique malgache, a aménagé un musée chez lui, à Fenomanana-Mahazoarivo. Il y réunit quarante ans de souvenirs, de 1978 à 2018

 

Un voyage dans le temps. Voilà ce que proposent les combles de la maison de Serge Ramiandrasoa. L’ancien président de la Fédération malgache de tennis et membre du Comité olympique malgache y a aménagé un musée.
Trophées, photos, posters, fanions, cravates, chapeaux, casquettes, pin’s, badges… tout y est. Plus de deux mille objets réunis dans une seule et même pièce. Quarante ans de souvenirs, de 1978 à 2018. « Après le Centenaire des Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, le maire du village olympique de l’époque, Russell Chandler, m’a fait part de son initiative d’aménager un musée chez lui, avec ses souvenirs reçus des deux cents pays et plus qui y ont
participé. À partir des photos qu’il m’a adressées, l’idée m’est venue d’en créer un aussi. L’avantage est que je n’aime pas ‘jeter’ des souvenirs. Et même, je les collectionne. Des souvenirs de la trentaine de pays que j’ai visités », confie-t-il.
La famille Ramiandrasoa a emménagé à Fenomanana-Mahazoarivo, en 2004. Depuis, Serge s’attelle à monter son propre musée, dans les combles de sa résidence. Et voilà le résultat aujourd’hui.

Ouvert au public
La particularité de ce musée est qu’il englobe trois domaines. Et d’un, le tennis bien évidemment, la discipline sportive qui a marqué Serge « au fer jaune », d’après ses mots. Et de deux, l’olympisme, un état d’esprit et un mode de vie exemplaire qu’il a toujours défendu. Et de trois, la musique, sachant qu’il est issu d’une famille de musiciens (Ndlr: R.R Majunga) et qu’il s’agit de sa reconversion actuelle, avec son quartet dénommé « Serge Ramiandrasoa Band. »
En 2013, lors de son « Jubilé 60 », l’ancien président de la FMT a organisé une exposition à l’Hôtel Colbert à Antaninarenina. Pour la première fois, il a exposé ses souvenirs au grand public. Aujourd’hui, tout est
entreposé dans les combles de sa villa, à Fenomanana-Mahazoarivo. « Ce musée personnel, témoin de quarante ans de souvenirs, reste constamment ouvert aux amis, aux relations et au public. Tout musée demeure un héritage, en retraçant une histoire », poursuit-il.

Supporter, l’occasion de raffermir les liens familiaux

Aux côtés de Mohamed Ali
Sur les centaines de photos exposées, Serge pose aux côtés des sportifs les plus célèbres, comme le boxeur Mohamed Ali, la tenniswoman Martina Hingis, le sprinter Maurice Greene ou encore le footballeur Roger Milla, sinon des personnalités comme le président du CIO, Antonio Samaranch, et le Prince Albert de Monaco. Quand on lui demande lequel de ses souvenirs l’a le plus marqué, il n’en désigne pas un, mais deux. « En 1978, j’ai été sacré champion de Madagascar de tennis, au niveau universitaire. C’était mon premier grand trophée et ça restera l’un de mes meilleurs souvenirs. Puis en 1996 à Atlanta, je découvrais pour la première fois les Jeux Olympiques », conclut-il. Sur un cliché datant de 1996, on l’aperçoit notamment avec Dally, Natacha et Max Randriantefy. C’était lors de la cérémonie d’ouverture.
Un moment inoubliable.

Cérémonie d’ouverture des JO 1996, aux côtés de Dally, Natacha et Max Randriantefy

Trois participations aux JO

Serge Ramiandrasoa a bouclé quatre mandats à la présidence de la Fédération malgache de tennis. Durant cette période, Madagascar a intégré l’International Tennis Federation ou ITF. Il est également le père de notre participation à la Coupe Davis et à la Fed Cup. En outre, il a également siégé durant quatre mandats en tant que membre du Comité olympique malgache et a participé à trois Jeux Olympiques d’été, en l’occurrence Atlanta 1996, Sydney 2000 et Athènes 2004. Serge a passé la majeure partie de son existence dans l’univers sportif, d’où les très nombreux souvenirs exposés dans son musée personnel à Fenomanana-Mahazoarivo.

Haja Lucas Rakotondrazaka