Actualites Economie

Toamasina – Le port à la dérive

Les autorités publiques et les dirigeants du grand port de l’Est se sont enfin convenus de prendre des mesures pour décongestionner le port de Toamasina. Mais celles-ci ne font pas encore avancer les choses

Acculé. Le port de Toamasina a atteint ses limites. Les 63 ha ne supportent plus le flux et le dynamisme économique du pays. Rien qu’en trois mois, depuis janvier, le volume de conteneurs à traiter connaît une hausse par rapport aux années précédentes. «Il n’y a qu’un seul quai. L’import-export a connu un dynamisme inhabituel en 2017 avec un mouvement de plus de 243 000 containers, si en 2016, le port en avait enregistré 209 000 », explique Christian Avellin, directeur général de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT). En effet, depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui, le grand port a déjà assuré la gestion de quarante mille containers. « Ce flux, en perpétuelle augmentation, a été prévisible depuis 2009. Mais les cinq ans de crise n’ont pas fait bouger les projets d’amélioration. Cependant, des projets d’extension avec les Japonais auront bel et bien lieu», se défend le DG de la SPAT. Mais les extensions proprement dites n’auront lieu qu’en 2020.
Le problème devient structurel. « La saturation était prévisible depuis des années, mais les mesures adéquates n’ont pas été prises dans ce sens », lance Liva Rabarihoela de la Fivmpama. Le directeur exécutif du groupement du patronat malgache se réfère, entre autres, aux explications du gestionnaire du terminal à conteneurs.

Prétextes

« Selon MICTSL, la prévision de 2018 a été devancée d’une année en termes de volume, mais ces calculs ont-ils été appréhendés quatre, cinq ou six ans plus tôt, de manière à ajuster les mesures à prendre face à l’actuel engorgement du port ? », se demande-t-il. En d’autres termes, les mesures pour faire face à 2019 et 2020 et les années d’après sont-elles déjà envisagées dès maintenant ?

Faciliter le dédouanement

Le ministère du Transport et de la météorologie, les autorités locales et les directions du port ont sorti des résolutions, le 17 mars. La SPAT aménagera cinq hectares de terre-plein pour l’entreposage des containers avant la fin de cette année. Une moitié serait disponible au mois d’août. Des mesures de révision et d’amélioration des échanges de données entre GasyNet et Mictsl prises afin de garantir la fluidité du parcours des containers. Les valeurs relatives à la sortie des véhicules sont actuellement fixées à Abidjan et non à Madagascar.
La sortie des valeurs au niveau du pays même a été ainsi discutée.  La Douane assurera désormais une permanence le samedi matin. Et le samedi toute la journée pour les activités d’exportation. Mictsl annonce la venue prochaine d’un matériel « ReachStacker »servant à manipuler des containers vides. Une nouvelle grue mobile de quai, et trois autres nouveaux chariots cavaliers (RTG), en plus des six existants, seront disponibles vers la fin du mois de mai pour les grues et dans quelques mois pour les RTG. Deux semaines se sont écoulées, mais rien n’a changé. « La situation a même empiré avec au moins cinq kilomètres d’embouteillage sur la route du port », indique un transitaire. Les opérateurs économiques exigent que l’on accorde plus de considération au problème… national

Par Mirana Ihariliva