Actualites Sport

Mondial – Les footeux scintillent   aux couleurs de leurs stars

Telstar 18, le ballon du Mondial de Russie « Made in China » est déjà là

Les footeux se déguisent en star du Mondial. Les inconditionnels du ballon rond et aussi les passionnés temporaires de ce sport-roi essayent de faire de leur mieux pour vivre, comme dans tous les autres pays, l’événement planétaire le plus populaire au monde

Dans la ville, dans la périphérie voire à la campagne, les gens parlent tous des résultats et moments forts de la Coupe du Monde de Russie, depuis début juin. On remarque dans les rues les uns mettre le maillot de leur équipe ; d’autres au boulot et le soir en famille ou entre amis ; en rencart, à la maison ou dans les lounges bars, certains passionnés se déguisent en stars de foot. La vente des équipements sportifs, plus précisément des articles dérivés du Mondial, a connu ces deux dernières semaines une hausse importante.
Une trentaine de boutiques au centre commercial Avance center à Behoririka, ont choisi ce secteur de vente d’équipements sportifs. Les articles viennent tous de Chine. Les grands magasins ne veulent pas encore en importer, car les articles ou dérivés de vraies marques coûtent encore trop cher.  « Nos clients préfèrent plutôt les maillots des équipes nationales du Brésil, de la France, d’Argentine ou du Portugal », déclare André Fanomezantsoa, propriétaire d’une boutique spécialisée en équipements sportifs.

Une boutique très fréquentée

Mode saisonnière
« Quant aux maillots des joueurs, ceux de Griezmann, M’bappe, Pogba de l’équipe de France, de Neymar, Coutinho et Marcello de la Seleçao brésilienne intéressent plus les gens », ajoute-t-il. « Nous avons essayé d’importer des maillots d’équipes africaines, mais seuls ceux d’Égypte ont un peu intéressé les clients », explique toujours André. « Nos articles sont importés de Chine, ceux de vraies marques sont trop chers pour nos clients. Mais les équipements que nous vendons, sont de bonne qualité et à la portée des portefeuilles malgaches », argumente ce gérant de boutique. Un maillot d’une équipe nationale ou d’un grand club européen se vend entre 25 000 ariary et 35 000 ariary. « Nos clients achètent presque pendant toute l’année les maillots de célèbres clubs ou joueurs européens », souligne-t-il. La boutique d’André arrive à écouler une dizaine de maillots par jour. Il propose aussi des maillots de basket, mais n’en vend que deux par jour au maximum. Un ballon de foot du Mondial de Russie « Telstar 18 » version « Chinetoc » se vend entre 25 000 ariary et 45 000 ariary et on lui en achète quatre par semaine en moyenne. Les clients sont en majorité des jeunes. Certains y viennent en famille, dont trois sur dix sont des femmes.

Les enfants influencés par la passion des parents

« Nous sommes tous des passionnés de foot dans la famille… Mon petit frère qui habite à l’étranger, lui aussi un mordu du ballon rond, nous envoie souvent des maillots depuis longtemps. Nous avons des maillots du Brésil, d’Argentine, de France et ceux des clubs européens comme PSG ou Barcelone,… », confie Tiana Raonimanalina, une mère de famille. « Nous les mettons tous pendant les matches, comme lors des huitièmes entre la France et l’Argentine. Il suffit de préparer un peu d’amuse-bouches et un peu de boisson ».  « J’ai suivi de près les Bleus depuis leurs matches amicaux en vue du Mondial.

À la maison, nous avons l’habitude de mettre leurs maillots devant la télé, tout en appréciant un peu de grillades », raconte Eric Saïd, un fan de l’équipe française. Les footeux ont encore une dizaine de jours pour monopoliser la télécommande.

Serge Rasanda