Ils ont marqué la semaine

Lantoniaina Rasoelison – Simpliste

Résumer les dernières convulsions qui ont secoué les prix du carburant aux fluctuations des cours du baril sur le marché international, c’est faire preuve d’une totale méconnaissance du sujet. Lantoniaina Rasoelison, ministre de l’Eau, des hydrocarbures et de l’énergie, a choisi cette solution de facilité. Car il existe d’autres paramètres le long du différentiel des coûts jusqu’au bout du rouleau  où se trouvent les consommateurs finaux que sont les automobilistes, motocyclistes, industriels et « gros clients ».  Ne serait-ce que la parité de l’ariary face au dollar, toujours en faveur  du billet vert américain au Marché interbancaire de devises. Bien sûr, dans ses explications laconiques et superficielles, il a oublié de mentionner les récentes majorations conséquentes des taxes sur les produits pétroliers. Et qu’une décrue des cours du baril n’engendrerait aucune baisse automatique de ces mêmes prix.

Olivier Mahafaly - Itératif

Encore une réunion des « chefs étoilés » autour des préoccupations relatives à la sécurité ou l’insécurité à la primature. Dans un passé récent, Olivier Mahafaly, chef du gouvernement, a déjà convoqué des Assises nationales pour en cerner les problèmes. Son prédécesseur, Jean Ravelonarivo, en a fait de même avec des résolutions bien ficelées remises à qui de droit. Cette fois-ci, sur les objectifs à atteindre, Olivier Mahafaly  a été plus ou moins trahi par ses propres propos. Il serait en fait question de chercher des stratégies pour mieux mâter
les opposants. Voilà pourquoi au lieu de pourchasser des dahalo, des  éléments des forces de l’ordre perdent du temps à surveiller les scellées à l’entrée de l’usine de « Triple A » à Andranomanelatra. Ou  camper devant la résidence abandonnée par Christine Razanamahasoa à Amparibe. Difficile de croire à la sincérité du Premier
ministre quant à sa volonté « de pacifier le pays ».