Actualites Sport

K1-Muay Thai – Fazaraly dans la cour des pros

Superbadboy recevant le trophée lors de sa deuxième victoire en décembre

Devenir sportif de haut niveau n’est plus suffisant pour Elfazar Fazaraly Razanajatovo. 
Le multiple champion national et régional en kickboxing a tout fait pour intégrer le monde 
des pros. Et son objectif est atteint

Rêve réalisé. Elfazar Fazaraly Razanajatovo, actuellement âgé de 22 ans, veut, depuis son jeune âge,
devenir un boxeur professionnel. Fils d’un ancien champion national et entraineur national, il commence à pratiquer le kickboxing à l’âge de… 4 ans, dans le club de son père, GISL (Grande Ile sport et loisirs). Depuis le mois de décembre 2017, il évolue en Chine comme combattant professionnel en muay thaï et K1 dans le club Tiger Muay Thaï. Il habite dans la ville de Nanchang. « Ces deux disciplines sont les dérivées du kickboxing. Les coups de genou et de coude sont autorisés en K1», explique-il en présentant ces sports de combat qu’il pratique pour gagner sa vie.  Outre son salaire mensuel, dont il ne veut pas évidemment dévoiler le montant, Fazaraly y est logé, nourri, véhiculé et gagne des primes à chaque combat sans en donner des précisions.

Longue durée
« Je suis arrivé en Chine le 26 décembre de l’an passé. J’ai un cousin qui vit en Chine et qui s’entraine au sein du club Tiger muay thaï. Le manager du club cherchait un boxeur et mon cousin me l’a proposé », raconte Fazaraly sur le début de sa carrière professionnelle. « Je lui ai envoyé des vidéos de mes combats, et il a été tout de suite convaincu », poursuit-il. Au début, il signe un contrat pour deux ans, mais après un parcours sans faille de quatre victoires en autant de combats, son contrat devient indéterminé. Être pro nécessite de durs entrainements. Fazaraly s’entraîne deux fois par jour, sous l’encadrement d’un coach thaïlandais. « Tous les jours, je fais du jogging à partir de 8 heures, sur une distance de 10 km, avant de passer à la musculation. Et le soir, je m’entraine avec les matos,  frappe des paos, travaille les techniques sans oublier les assauts », détaille-t-il sur son programme d’entraînement quotidien. « J’attends maintenant la confirmation de mon cinquième combat qui compte pour le fameux gala chinois baptisé Kunlin fight. Et prochainement, je disputerai des combats pour une ceinture mondiale », annonce Fazaraly.

Toute une famille

Fazaraly a fait ses études supérieures à l’IMGAM, dans la filière finances et comptabilité. « J’ai quitté mes études par amour pour ce sport, car être un boxeur pro est, je crois, mon destin », souligne très convaincu. Toute sa famille pratique le kickboxing. Son père, Gildas André Razanajatovo, est champion de Madagascar en 1995, puis appelé dans l’équipe nationale de 1996 à 2000.
Par la suite, il est désigné entraîneur national de 2003 à 2009 pour devenir, plus tard, directeur technique national adjoint de 2009 à 2017. Le Super- badboy a un frère et deux sœurs qui pratiquent eux aussi le kickboxing. Sa sœur Alida est, par exemple, vice-championne d’Afrique et a comme palmarès des titres nationaux et régionaux. Elle est devenue à présent arbitre internationale.  « Je pense que Fazaraly pourrait aller plus loin. J’étais très sévère en matière d’entraînement, dans la précision des mouvements techniques… Ce n’était pas difficile de les lui apprendre car il a commencé très tôt…  Là, il a l’avenir devant lui d’autant plus qu’il est maintenant encadré par un bon technicien thaïlandais », résume son coach de père en revenant sur son parcours et son avenir. Fazaraly soufflera ses 22 bougies, le 19 avril. « Quant à ma vie de couple,  ma copine est à Madagascar. Nous nous parlons et nous voyant facilement tous les jours par téléphone en appel vidéo… Je peux rentrer passer des vacances en période d’intersaisons », indique le champion interrogé sur sa vie privée.

Fazaraly très offensif lors de son dernier combat

Palmarès

Elfazar Fazaraly Razanajatovo est champion de Madagascar cadet (2012), champion national junior (2013) et champion senior dès sa première année en senior, en 2014, puis en 2015 et 2016. Et dans son parcours international, il est vice-champion d’Afrique (2014), médaillé d’or de la Coupe des nations (2015), et champion de l’océan Indien en 2016 et 2017. Le « Superbadboy » qui a un gabarit moyen de 1,72 m est titulaire d’une ceinture noire 2e degré et évolue ces dernières années dans la catégorie des -63kg et, de temps en temps, chez les -65kg.

Serge Rasanda