Actualites Sport

À fleurets mouchetés – À qui profite l’escrime

La Fédération est dotée de tous les équipements aux normes

Une des disciplines olympiques, l’escrime, a été introduite à Madagascar en 2011 selon son pionnier, Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, secrétaire général du comité olympique et président de la Fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et du culturisme

À ses débuts, de 2011 à 2016, la Fédération  malgache d’escrime (FME) a été présidée par Heriniaina Razafimahefa. La présidence a été par la suite prise par Michael Rakotondramanana qui n’est autre que le fils de Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, à partir 2017. Dans le cadre du lancement de la discipline, la Fédération internationale a doté la première vague du matériel nécessaire aux normes pour assurer l’entraînement et la compétition en 2012. La même année, Madagascar a participé pour la première fois au championnat d’Afrique en Afrique du Sud. La Grande Île y a été représentée par l’unique maitre d’arme malgache de l’époque, Michael Rakotondramanana. À cette première participation au sommet continental, il a terminé au pied du podium.
L’escrime est un sport de combat qui utilise trois armes, à savoir l’épée, le fleuret et le sabre. La Fédération est actuellement dotée de dix épées, dix fleurets et huit sabres ainsi que les deux types de combinaisons, celles pour
l’entraînement et pour la compétition qui a une épaisseur d’au moins 800 newtons.

Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, 
pionnier de l’escrime

« Nous avons à présent quinze entraîneurs de niveau 1 et cinq autres de niveau 2, six arbitres nationaux et trois internationaux », informe Harinelina Randriamanarivo. « Nous avons deux maitres d’armes, à l’instar de Michael Rakotondaramanana qui a eu son diplôme en 2012 après une année de formation à Dakar au Sénégal et l’actuel directeur technique national, Jean Lahly Razafimahatratra, diplômé en 2014 à Dakar », poursuit-il. Un troisième maître d’arme, Luc, suit en ce moment une formation d’un an en Algérie. Trois ligues régionales ont été créées en huit ans, « la légalisation de la ligue d’Alaotra-Mangoro est en cours », souligne-t-il. Toujours en chiffres, Madagascar compte plus de quatre vingt escrimeurs, dont une trentaine dans la région Analamanga, une trentaine aussi dans le Vakinankaratra et vingt trois dans l’Itasy.

Tonny Marco Andriamamonjy (au centre) champion national en titre

Deuxième Mondial 
Le jeune Tonny Marco Andriamamonjy est le premier Malgache à avoir disputé le championnat du monde junior, qui s’est tenu en Italie en avril. Tonny, âgé de 17 ans, y a été classé dans le top 100 sur les 148 pays membres de la Fédération internationale d’escrime (FIE). Madagascar fait partie des trente deux pays membres de la confédération africaine d’escrime. Fin mars, il est entré en lice au championnat d’Afrique des juniors à Lagos, au Nigeria, où il a fini cinquième. Ce champion de Madagascar junior de 2017 et champion national senior cette année, a pratiqué d’autres disciplines sportives auparavant, entre autres le judo, le yoseikan budo, le taïchi chuan et le basketball.
Il est tombé amoureux de l’escrime il y a deux ans. « Je m’entraine une fois par semaine, environ deux heures tous les samedis. Mais en regroupement, nous nous entraînons deux fois par jour quand nous préparons une compétition internationale », précise-t-il. « Nous renforçons en même temps la condition physique et la technique, sous la houlette du directeur technique national… Mon objectif est de participer aux Jeux olympiques et, pourquoi pas, de viser plus tard la médaille d’or olympique », lance-t-il.
Étant le champion national en titre, Tonny défendra encore une fois les couleurs nationales au championnat du monde qui se déroulera du 22 au 27 septembre à Wuxi Nanjing en Chine. En juillet, Madagascar enverra quatre escrimeurs, deux garçons et deux filles, aux Jeux africains de la jeunesse à Alger. Ces Jeux seront qualificatifs pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires, en Argentine, en octobre.

Serge Rasanda