Ils ont marqué la semaine

Manandafy Rakotonirina – Retour d’âge

Considéré comme le parrain des descentes dans la rue, le gourou suprême de la manipulation des foules, un activiste politique notoire ou un agitateur né, Manandafy Rakotonirina condamne, brûle aujourd’hui ce qu’il a initié, adulé hier. Le fondateur des « Rouges et Experts », celui qui a revendiqué la paternité de mai 72, le cerveau des « Forces vives » en 91, reproche aux soixante treize députés de donner le mauvais exemple à la population. Il sollicite le président de la République Hery Rajaonarimampianina de dissoudre l’Assemblée nationale. Une éventualité qui a accouché de la motion de requête en déchéance en mai 2015. L’attitude de Manandafy Rakotonirina est assez compréhensible. Il est impossible de battre encore le pavé pour un unijambiste vivant aux basques du HVM. Sage décision.

Jean Eric Rakotoarisoa – Séances de rattrapage

Éminent constitutionnaliste de renom international, professeur apprécié dans plusieurs universités, Jean Eric Rakotoarisoa a déçu ses « fans » et admirateurs par des lectures controversées de la loi fondamentale. Une fois qu’il a enfilé les toges du président de la Haute cour constitutionnelle, HCC. Mais ces derniers jours, cette institution taxée, à tort ou à raison, d’être la caisse de résonance des partis au pouvoir, dont des décisions été à l’origine des crises politiques récentes, ont donné gain de cause aux plaignants de l’opposition. Certes, les juges constitutionnels tranchent de façon collégiale sur les saisines de la HCC, mais l’envergure et la stature de leur président pèse souvent lourd dans la balance de leur verdict, irrévocable de surcroît.