Actualites Culture

Théâtre radiophonique – Les visages de la voix

Genre artistique qui conjugue littérature, poésie, scénario, la radio théâtre malgache occupe depuis longtemps et actuellement une grande place dans les fréquences FM

Des voix aiguës parfois grasses, moyennes ou graves bercent tout autant l’auditeur. Le tout est sublimé par une
histoire transcende, éveillant la passion de tous âges et de tous horizons. Ce sont là ce qui compose la bonne recette d’un feuilleton radiophonique en bonne et due forme. La radio théâtre s’affirme depuis longtemps comme grande vitrine de la société, et ne cesse de fédérer et d’enchanter le grand public. Cet art a conquis depuis maintenant près de cent ans les malgaches, dont la pérennité est assurée par plusieurs générations d’acteurs, de comédiens, de metteurs en scène et d’auteurs émérites. L’âge d’or de la radio théâtre malgache a débuté durant l’administration coloniale.
Diffusé dans tout le pays à travers la Radio Nationale Malgache (RNM), le théâtre radiophonique est proposé sous forme de feuilleton quotidien au cours de la semaine, et une pièce entière chaque samedi soir. Connaissant un vrai succés auprès des auditeurs, il acquiert un essor au début des années 90 avec l’ouverture de la radio privée. On commence alors à voir l’émergence de plusieurs auteurs émérites, comme Ener Lalandy, Vahandanitra et Elysé Ramamonjisoa. A suivi plus tard la nouvelle génération tout aussi talentueuse, notamment Lydiary et Solofo José. Les récits continuent à être joués jusq’à maintenant, avec des nouvelles voix.

Divers thématiques
Au gré de l’évolutoin de l’histoire du pays, les thèmes abordés par la radio théâtre malgache ont aussi bien évolué. Celui du classique, qui s’illustrait durant la colonisation, s’est ainsi centré surtout sur les sentiments amoureux, à cause de « l’interdiction d’évoquer la situation nationale à l’époque.  Après l’indépendance recouvrée, le paysage radiophonique s’est alors senti plus libre d’évoquer et de mettre en scène la partriotisme dans toute sa splendeur. Actuellement, il aborde toujours aussi bien le romantisme que le poésie d’une vie à deux. Mais il se plaît également à aborder des faits de société, notamment la corruption, la pauvreté, mais aussi les menaces face à la perte de notre identité culturelle. Outre, la radio théâtre malgache peine à se renouveler et à innover depuis des années, l’insuffisance notoire d’écriture théâtrale étant son plus gros handicap. Le public se contentant ainsi du « déjà écouté », de l’adaptation de pièces iconiques dont des jeunes renouvellent le scénario. Les nouveaux talents se font ainsi rares.

Des réferences

Solofo José

Solofo José de son vrai nom Rakotosolofo Joseph a posé sa plume à 67 ans. Il est le deuxième président du Cercle de l’Union des Poètes et Ecrivains Sandratra (1993-2014) après Elie Rajaonarison. Il faisait partie également des membres fondateurs du Cercle Sandratra.  Solofo José a été l’un des plus grands noms  et une référence du théâtre
radiophonique malgache au sein de la Radio nationale et des radios privées. Les auditeurs de théâtre radiophonique connaissent bien la voix d’or de cet acteur. C’est aussi un grand auteur. Plusieurs de ses œuvres ont été jouées dans différentes radios pour ne citer que: « Alan-drain’ialahy sa alan-drenin’ialahy?» Mais il est également un grand écrivain malgache. Il continue de poser son empreinte littéraire surtout dans la poésie. Il a commencé à écrire des poèmes, des recueils de nouvelles ou encore des pièces de théâtre radiophoniques
depuis 1967.

Sophie Ravelomanantsoa (Sophie)

Le théâtre radiophonique constitue l’une des émissions phares de la radio nationale malgache (RNM). Un grand nombre d’auditeurs ruraux et urbains de tous les âges se trouvent collés à  leur poste radio pour entendre chaque samedi soir à 20 heures 30 l’émission dédiée au théâtre radiophonique de Sophie Ravelomanantsoa. Elle est à  la fois auteur, actrice, productrice et réalisatrice d’émissions radiophoniques. En tant qu’actrice, Sophie a une voix
radiophonique remarquable qui s’impose et qui s’adapte à toute situation. Pour elle, le théâtre radiophonique fait partie intégrante de sa personne, c’est sa grande passion et elle ne peut pas s’en passer. Les auditeurs et auditrices de la RNM trouvent en Sophie « une voix agréable à  entendre, une voix convaincante ». Les théâtres radiophoniques de Sophie sont pour eux des ressources hebdomadaires vitales pour affronter la semaine.

Voahirana Randrianantoanina (Niravo) 

Niravo de son vrai nom Randrianantoanina Voahirana, une comédienne de théâtre qui se partage maintenant entre
la capitale et la côte varoise, elle a plusieurs cordes à son arc, comédienne, actrice et écrivaine, de très nombreuses prestations dans l’émission de plusieurs stations de la capitale (RNM, Don Bosco…) et des tournages avec des acteurs de références tel que Solofo José, elle a su garder la tête froide face à la gloire venue. Auteure, Niravo écrit également des histoires et fait partie de la grande famille du Cercle de l’Union des Poètes et Ecrivains Sandratra. Si Niravo est une aussi bonne actrice, c’est parce qu’ellle est issue d’une des formations théâtrales malgaches les plus renommées: Le Fikambanan’ny Mpanao Teatra Malagasy (FMTM). Elle se partage, actuellement, entre sa carrière et son rôle de mère.

Lydiary

Elle a vécu une vie intense où la littérature était comme une première peau. Marie Lydia Razaiarimanana, ou Lydiary pour la plume, s’en est allée à 65 ans. Un repère pour la nouvelle génération de femmes et d’hommes de lettres du pays. C’est notamment grâce à cette artiste émérite que le Faribolana Sandratra, une association des poètes malgaches, a vu le jour. Elle etait l’une des figures de proue de la poésie de ces dernières décennies affectionnait surtout d’écrire des scénarios. Que ce soit pour la radio ou pour le cinéma. Elle a écrit des scénarios comme « Jabajaba », sur le « Sida », « Ombon’ady » et « An’iza aho », un film dont elle a écrit le scénario qui allait l’emmener à Beijing.

Rado Rakotondrazaka (Nofy)

Il y a des voix presque éternelles, si proches et si familières, presque faisant partie de la famille et pourtant des inconnus, puisque finalement, à la radio, on ne connaît pas forcément les animateurs qui parlent derrière le micro. Il est aussi auteur. Plusieurs de ses œuvres ont été jouées dans différentes radios à savoir «Amin’izany i be sy lipo », « Ny laingan’ny marina », « Savorovoro »…. Depuis 2001, Nofy ne cesse de se perfectionner. Il est passé du rôle de comédien à celui de metteur en scène, en passant par la phase d’auteur. Adepte des rimes et des textes virulents mélangés volontiers avec humour, il ne laisse pas les choses au hasard. Aussi, doué de son côté comédien, ses improvisations ne se remarquent même pas.

Fredo Rakotoarisoa