Ils ont marqué la semaine

Olivier Mahafaly Équivoque

Enchanté de déposer sa démission, avec joie et sans aucune condition. La déclaration du Premier ministre
sortant a été trop sincère pour ne pas soulever de suspicions. D’autant que pour conclure son allocution, il a laissé entrevoir un retour prochain. « Ce n’est qu’ un au revoir », souligne-t-il. Son éventuelle candidature à la présidentielle, déjà évoquée dans un passé récent, mais qu’il a démentie de façon formelle et sans détour. Mais depuis son départ de la primature, dicté par la Haute cour constitutionnelle, HCC, il aurait eu des contacts avec des députés pour préparer le terrain de la course à la magistrature suprême. Même si Olivier Mahafaly traîne quelques casseroles. Il est présenté par ses détracteurs comme le chantre des manœuvres corruptrices. Autant dans l’affaire de Claudine Razaimamonjy que lors des journées bloquées des députés pro-régime au Paon d’or. À l’origine de la crise politique actuelle.