Actualites Culture

Animation – Onja annonce  un come back prometteur

Du sang frais ! Un nouveau souffle ! Un nouvel élan ! C’est désormais la nouvelle image que nous réserve Nofisoa Onja Farae Pascale pour l’état civil, Onja sous sa casquette de chanteuse-danseuse. Dotée d’une forte ambition et toujours bien décidée à aller de l’avant pour atteindre son but ainsi qu’un meilleur niveau dans sa carrière, rien ne semble pouvoir l’arrêter dans ce qu’elle entreprend.
En 2017, depuis l’annonce de sa grossesse, l’artiste aux multiples talents, ex-mannequin, candidate à maintes reprises et plusieurs fois lauréate aux élections de Miss Toliara, a été obligée de ralentir sa vitesse de croisière.
La grossesse s’est passée à merveille et l’accouchement s’est bien déroulé. Behevitra Medhi Fortuné Nofisoa a vu le jour le 23 décembre à la Clinique Noa à Ankorondrano. Actuellement, la mère et le bébé sont en parfaite santé. Chaque chose en son temps et inutile de passer à la précipitation. C’est ainsi que la jeune mère, à la fois fière, comblée et épanouie, s’est exprimée après la naissance de son premier bébé. «Sa présence constitue un grand bonheur et une énorme valeur dans ma vie. Je me sens davantage responsable et mûre en tant que mère. Certes, la carrière artistique va certainement s’enchaîner, mais il faut savoir

la combiner avec l’éducation de cet ange précieux auquel je vais aussi me consacrer et m’occuper en permanence. Il est temps de penser à mener une formidable vie de famille», précise Onja pleine de joie et remplie de bonheur.
Comme le temps passe vite car elle a hâte de revoir ses fans. Sa première réapparition a été très réussie. C’était le 29 avril au Coliseum dAntsonjombe. Affichant toujours une énergie et une endurance ainsi qu’une puissance à la fois explosives et survoltées, elle a su garder et témoigner sa forte envie de se surpasser une fois
devant son public. La grande reine du rythme tropical donne rendez-vous ce soir, à partir de 20 heures au Glacier à Analakely, pour une version cabaret-dancing qui s’annonce agitée et mouvementée.

Long chemin
Plusieurs étapes ont été franchies par Onja, mais il reste encore un long chemin à parcourir. Depuis 1995 avec le groupe Vilon’Andry, fondé et géré par son grand frère Surgi, elle s’est déjà fait
remarquer par sa grande capacité au niveau de la danse et du chœur. C’est encore loin de s’arrêter car son intégration dans la formation Tinondia, créée par Tolérant, un autre grand frère, lui a valu de fréquents déplacements à l’étranger et d’accumuler de nouvelles expériences à travers des festivals nationaux et internationaux.
Décidée de voler de ses propres ailes en 2009, elle a réalisé deux albums: «Tambitamby» sorti la même année et « Samy mandefitra » en 2016. Cette année, après « Andeso zaho», elle envisage de tourner de nouveaux clips. Fidèle à son style basé sur la fusion de la musique traditionnelle du deep south de l’Androy, sa région d’origine, avec la musique moderne, Onja reste une artiste exemplaire dans ses compositions et ses arrangements. Sa musique et ses textes représentent une originalité qui lui est propre. Son goût et son sens de l’imagination lui permettent de créer d’excellentes et de superbes tenues de scène.
Aux stylistes pour réaliser la finition. Pour bien maintenir
la forme,   Onja limite strictement sa ration alimentaire.      

Jean Paul Lucien