Ils ont marqué la semaine

Lanto Rakotomanga Nerfs à vif

La première sagesse, c’est la peur des gendarmes. Un précepte colonial qui a marqué Lanto Rakotomanga, députée Mapar du second arrondissement. Ce, depuis que des hommes du général Florens Rakotomahanina, « terreur d’élite » notoire, l’ont
maltraitée  à cause des 200 millions d’ariary « enfouis » et flairés  dans le coffre arrière de son véhicule. L’ordre donné par le général Girard Randriamahavalisoa, l’actuel secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, à ses subordonnés, de prendre en photos les manifestants hostiles au régime, pour les arrêter plus tard, a fait monter la moutarde au nez de Lanto Rakotomanga. Elle s’en est prise, par une violence verbale dépassant tout entendement, à deux officiers qui voulaient la photographier. Un acte non-autorisé pouvant faire l’objet d’une plainte, selon elle. Encore traumatisée par ce qu’elle a vécu.