Actualites Culture

Libertalia Festival à nosy be – Un « Beach festival »  d’envergure internationale

Le roi du salegy Jaojoby, comme un poisson dans l'eau sur la scène du Libertalia Festival dont il en est le parrain

La musique était reine, portée par une ambiance de festivités conviviales et chaleureuses. Pour sa grande première à Nosy Be, le Libertalia Festival conquiert un public d’horizons diversesÉclectique et surprenant. C’est un événement inédit qui a enchanté es nosybéens, ainsi que tous les mélomanes qui se sont retrouvé sur l’Île aux parfums, Nosy Be, du 25 au 27 mai. Après avoir longtemps enivré de ses belles découvertes musicales la Ville des mille au bout de quatre éditions, le Libertalia Festival s’est redécouvert à Nosy Be pour y apporter un bon bol d’air frais à ces artistes, mais aussi au public local. Entre modernité et tradition comme à l’accoutumée, le festival a exposé sur une grande scène qu’il a amarré sur la mythique plage de Madirokely, un florilège d’artistes et de groupes nationaux et internationaux d’exception.
Entre le rock et l’électro, la musique urbaine, ainsi que les rythmes envoûtants du salegy, le public festif du Libertalia Festival s’est laissé émerveillé de bout en bout. « Cette année, on a convié un florilège de professionnels de la scene internationale à venir découvrir nos artistes. Pour ce faire, nous avons ainsi opté pour le concept de Beach festival, laissant la part belle au confort, mais surtout à la convivialité propices aux échanges entre les artistes et les professionnels », souligne Gilles Lejamble, fondateur du festival. Chacun à leur manière, ils se sont relayés sur la grande scène pour valoriser leur personnalité, ainsi que leur talent propre.

Tel un navire imposant, avec comme matelots un florilège de passionnésà son bord, la grande scène du festival s’est amarrée sur la plage de Madirokely

Un festival, un privilège
Le Libertalia Festival privilégie ainsi Nosy Be du talent de plusieurs artistes et groupes contemporains, nationaux et internationaux, qui à travers d’une cinquième édition exceptionnelle promeut surtout dans un cadre paradisiaque la splendeur de la musique malgache. Le festival qui s’évade définitivement d’Antananarivo pour prendre ses quartiers sur l’île, là où les conditions sont plus propices pour promouvoir les talentueux artistes malgaches aux yeux des professionnels internationaux. Le fait est que sur la plage de Madirokely, ensoleillée le jour et chaleureuse la nuit, il s’affirme grâce à son dynamisme et sa réputation de plateforme de découverte active dans l’océan Indien.

Gracieuse et de toute charme, la chanteuse et Djette chinoise Cha Cha
s’est affirmée comme le coup de cœur du festival

Des prestations mémorables
Très énergique, en étant majoritairement porté sur des sonorités plutôt rock, le tout conjugué avec un zeste de blues et d’électro. Djedje Manjary, fameux acolyte de Tence Mena se redécouvre en ambianceur enflammé, conquérant avec un humour et un folklore proche de celle de la reine rouge. Tout aussi enchanteur, le jeune Nully et son groupe emmené par Sissi au chant séduit par le dynamisme de son « Gasy funk ». Originaire de l’ile Maurice, Hans Nayna qui a déjà brillé une première fois dans la Grande ile avec ses compositions issues de son album « Music for the soul », nous revient avec plus d’entrain avec son nouvel opus « Time flies ». Chinoise, dans la bonne trentaine, d’une beauté angélique qui se marie avec un style punk et urbain à la fois, Cha Cha se présente alors. Seule sur la scène, elle joue de sa voix qu’elle sublime de quelques effets pour transcender l’auditoire. Ses chansons exclusivement en chinois où le hip hop et le reggae se conjuguent envoûtent le public de Nosy Be. Groupe phare du label Libertalia Music Records, le trio Kristel clôt la soirée du 26 mai avec son rock-électro enivrant sur un ton des plus festif. Roi incontesté du salegy, mais aussi parrain du festival, Jaojoby Eusèbe et ses musiciens mettent en transe le public lors de son passage. Ceci-dit, c’est Shyn qui a littéralement mis le feu à la scène du Libertalia Festival pour sa clôture en faisant danser grands et petits aux rythmes de ses plus tubes incontournables. Pari réussi pour cette première de Libertalia Festival à Nosy Be.

Photos et texte : Andry Patrick Rakotondrazaka