Ils ont marqué la semaine

Me Hery Rakotomanana -Tourner en rond

Du côté de la Commission électorale nationale indépendante, CENI, les réunions et les consultations des acteurs politiques n’en finissent plus. Le vrai problème reste la fixation de la date du premier tour de la présidentielle. Il fut un moment où son président, Me Hery Rakotomanana, a pu publier un chronogramme à trois dates. Dont la plus proche est le 29 août pour une présidentielle anticipée. Ce qui cadre avec les « incantations » de la Haute cour constitutionnelle. Mais depuis, il n’a pas pu plaider sa cause. Car l’enjeu de cet « instant T » ne peut-être que la démission, soixante jours plus tôt, du chef de l’État en exercice s’il décide à défendre son titre. Le vœu  des « 73 députés pour le changement » et leurs partisans du parvis de l’Hôtel de ville. Me Hery Rakotomanana doit faire plus pour plaider la cause de la CENI. Il y va de sa crédibilité et de sa notoriété.

Jaona Randriarimalala – Dépité

Il affirme ne pas être compris par les députés pro-régime. Jaona
Randriarimalala, le président du  Groupe parlementaire HVM à l’Assemblée nationale, a quitté son poste. Mais l’était-il  au sens propre de la politique politicienne? D’abord, le HVM ne pouvait faire valoir un seul député élu sous ses couleurs. Il n’a présenté aucun candidat aux législatives. Ensuite, Jaona Randriarimalala a séduit les électeurs de l’Atsimondrano en étant un électron libre. Une fois au palais de Tsimbazaza, il a créé le Groupe parlementaire spécial, GPS, plus proche du Mapar d’Andry Rajoelina avant de basculer dans le camp présidentiel. Enfin, il a été un peu délaissé par ses compagnons quand il voulait dissuader des grévistes à poursuivre leurs actions destructrices au ministère de l’Éducation nationale. Le HVM paie aujourd’ hui son manque d’idéologie claire et sans équivoque. Il a bâti sa mauvaise réputation sur les intimidations, l’achat des âmes sensibles et le recours aux prérogatives de la puissance publique pour s’imposer.