Actualites Culture

Professionnalisme – Mendrika live séduit le public

Mendrika à l'oeuvre avec ses coups de baguettes magiques

La salle du Cercle Germano-Malagasy (CGM) à Analakely a abrité un superbe concert dans l’après-midi du 19 mai avec Mendrika Rasolomahatratra et ses invités à l’affiche. Les férus de la bonne musique qui ont fait le déplacement n’ont pas eu tort car ils ont été séduits par les talentueux acteurs sur scène. Avec Mendrika en super forme à la batterie, bien accompagné par des musiciens de renom notamment Tahiana Vibe au saxophone, Lova à la guitare solo, Mika à la guitare basse et Mahefa au clavier fortement concentrés, ont offert une magnifique démonstration collective loin d’être oubliée et égalée. La contribution des invités en l’occurrence le célèbre groupe a cappella Telo sy Telo, le chanteur Teddy Prézeau, la dynamique et talentueuse Ange et le jeune Arone tout juste âgé de 13 ans au niveau de la batterie n’est pas passée inaperçue.
À leur tour, les spectateurs à la fois ravis et comblés ont vécu un show de haute qualité. Dans l’ensemble, la formule inédite «Mendrika live» a d’une part séduit et d’autre part impressionné le public. Doté d’un riche et brillant parcours, l’un des frères Rasolomahatratra évoluant dans le groupe familial Solomiral avec Hajazz, Ny Ony et Fanaiky et ayant aussi partagé son talent de batteur qu’il a complété par son statut d’auteur-compositeur, Mendrika compte derrière lui 20 ans de carrière en tant qu’enseignant à son École des batteries.

Mahefa au clavier et Mika à la guitare basse

Avant ce show «Mendrika live», ce batteur de renom a aussi réalisé «Kidodo sy Doboka» enchaîné par un concert réservé à ses élèves puis un show case de son album «Rengodona» l’homme en rythme sorti en 2016 en collaboration avec Sitraka Production ainsi qu’un concert du 20e anniversaire de son école en juillet 2017 toujours au CGM qui représente pour lui une fierté particulière à travers sa présence, sa disponibilité et surtout sa contribution envers les artistes locaux. Malgré l’insuffisance des infrastructures pour améliorer son école de batterie, Mendrika ne s’est pas découragé pour partager son expérience à la jeune génération de futurs batteurs. «J’envisage de sortir mon second album en 2019. Son contenu est à base d’une fusion instrumentale et vocale avec deux de mes élèves. Tout au long de mon parcours, je suis fier des 40% de mes efforts. Ils sont à la fois
encourageants et positifs sans l’apport du ministère. La plupart de mes élèves sont actuellement sollicités pour partager leurs talents dans différentes formations. Les artistes malgaches, dotés d’une grande richesse en création, méritent largement d’être soutenus financièrement et matériellement mais hélas cela reste un rêve jamais réalisé» a-t-il rappelé.
Le batteur Mendrika se reflète davantage à travers sa capacité et son professionnalisme souvent prouvés lors du Festival international Madajazzcar et également à l’échelle internationale. Faceà la forte concurrence, ce membre du groupe réunionnais Hill Chaffre confirme la grande évolution de la musique malgache ces dernières années.

Lova à la guitare solo

Jean Paul Lucien