Les Comores seront-elles, à terme, prêtes à organiser les XXe JIOI en 2019? C’est la grande interrogation… du Conseil international des Jeux (CIJ) qui est venu effectuer un court séjour en terre comorienne les 10 et 11 juillet. Le président du CIJ, Philippe Hao Thyn Voon ainsi que les autres membres- Kaysee Teeroovengadum (Maurice), Antonio Gopal (Seychelles), Jean-François Beaulieu et Alain Lasnier, du CROS de La Réunion- ont demandé au gouvernement comorien de donner plus de précisions sur les infrastructures sportives y compris la construction d’une piscine olympique ainsi que les travaux nécessaires à la construction de l’éventuel Village des jeux. En réponse aux inquiétudes du CIJ, le ministre comorien des Sports, Ali Attoumani, a indiqué que l’archipel aura le soutien de plusieurs pays, dont la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Inde et la Chine notamment, pour l’érection de la toute nouvelle piscine, le gymnase couvert de l’INJS et d’Intsandra, entre autres. La réplique du président du CIJ a porté sur les gros travaux à faire pour que le Lycée comorien puisse être adapté en Village des Jeux.

L’actuel problème concerne le retrait de la délégation comorienne de la neuvième édition des JIOI, ce qui peut compromettre les promesses des dirigeants comoriens d’organiser les JIOI de 2019 dans les règles de l’art et en respectant les cahiers des charges imposés par le CIJ. Cette nouvelle donne avantagerait l’île Maurice, qui a afficher sa volonté d’organiser les JIOI 2019. Maurice se tient plus que jamais prête et cela depuis quelques semaines à organiser les Jeux en cas de problème quelconque par rapport à l’organisation comorienne.

Lire aussi  Jeux des îles - Madagascar en pole position mais très menacé
Dina Razafimahatratra