Divers problèmes sont rencontrés durant les JIOI qui se poursuivent actuellement à La Réunion. Le politique et le diplomatique sont des points noirs  qui risquent d’effacer l’existence même de l’évènement sportif phare de la zone océan Indien.

La fête continue sans les Comoriens. Cette situation interpelle les responsables de l’avenir même des Jeux des Iles de l’océan Indien. Les prochains sont prévus dans quatre ans en 2019 et avec l’état actuel des choses, on peut se demander s’ils auront vraiment lieu.
Les autorités de l’archipel des Comores ont décidé de ne pas laisser passer ce qu’elles considèrent comme une humiliation, c’est-à-dire voir Mayotte défiler, lors de la cérémonie d’ouverture, avec le drapeau français et cette pancarte « France océan Indien ». Durant les précédentes éditions, Mayotte a toujours défilé avec le drapeau des Jeux.  Pour Moroni, c’est un incident diplomatique et l’ambassadeur de l’Union des Comores à Paris est rappelé d’urgence.
Dans le communiqué officiel de la présidence de l’Union des Comores, c’est bien « la violation de la Charte et du règlement intérieur de l’organisation des Jeux des Îles de l’océan Indien » qui est pointée du doigt.
Durant la réunion des ministres des Sports des pays engagés dans cette neuvième  édition des Jeux des Îles de l’océan Indien, les officiels semblent se ranger derrière ce non-respect de la charte des Jeux même si personne n’ose crier haut et fort que la France est responsable de l’incident. « Il est important de résoudre ce problème politique entre les Comores et la France si tout le monde souhaite préserver l’esprit des Jeux et le développement des relations fraternelles entre les peuples de la zone », rappelle Vincent Meriton, ministre des Sport seychellois dans un quotidien comorien.
Pour rappel, les Comores et l’ile Maurice se sont portées candidates pour lorganiser la dixième édition des JIOI. On imagine mal son déroulement normal, tant que  le problème de la participation de Mayotte n’aura pas été résolu.
Les membres du Conseil international des Jeux des îles (CIJ) qui réunit les représentants de chaque pays participant, se sont réunis dimanche et ont pris  «  acte de la décision des autorités comoriennes et demandent le respect intégral de la Charte des Jeux des Îles. Il est également demandé à chaque CNO (Comité national olympique, NDLR) ou CROS (Comité régional olympique sportif, NDLR) d’en référer à son gouvernement ». Ce qui signifie aussi qu’ ils ont pris fait et cause pour la position défendue par les Comores en condamnant tout simplement le fait que la délégation mahoraise a défilé derrière le drapeau français …. une violation de la Charte des Jeux.

Lire aussi  Jeux des îles - Madagascar en pole position mais très menacé
Trois solutions
Face a cette situation, trois solutions sont susceptible d’être proposées. Premièrement, les Comores se retirent complètement des JIOI. Ce qui peut susciter la réaction et surtout la position des autres membres du CIJ en solidarité avec les Comores et les Jeux se poursuivent; ou se ranger du côté de la France, c’est-à-dire condamner le retrait des Comores.
Deuxièmement, la France demande la convocation d’une nouvelle réunion du CIJ. Une réunion qui aura pour but d’obtenir des Comores un compromis qui pourrait être de nature financière pour que l’archipel accepte le statut de Mayotte en temps que « française »…
Enfin, la France revient sur ses pas en faisant défiler les athlètes mahorais q derrière les drapeaux des JIOI, c’est-à-dire reconnaitre une certaine erreur. Une nouvelle position qui mettrait  la France dans une totale trahison vis-à-vis des Mahorais.

Dina Razafimahatratra