Actualites Politique

Pêle-Mêle

Fraudes bancaires  – Des chèques en bois
Ahurissantes. Les révélations faites par Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la Banque centrale, l’ont été. Pas moins de huit mille chèques sans provision ont été émis l’année passée, en nette progression par rapport au bilan de l’exercice précédent, pour une valeur de 72 milliards d’ariary. Il a rappelé que le chèque est un mode de paiement à vue et non un instrument de sécurité. Ces manœuvres frauduleuses créent des dettes et empoisonnent le climat des affaires. Sur un autre plan, il a réitéré le faible taux de bancarisation du pays. À peine si 7% de la population est familière avec le circuit financier légal et normal. De fausses idées reçues sur les banques expliquent, en partie, cette réticence. Beaucoup pensent qu’en déposant leurs avoirs dans une banque, ils les mettent à disposition de quelqu’un qu’ils ne connaissent pas. Que les banques sont inaccessibles pour eux. Des endroits huppés réservés aux nantis de la société.

Gouvernance – Quelle neutralité pour l’Administration
D’une tournée régionale à l’autre pour mieux asseoir son autorité, le Premier ministre Christian Ntsay insiste sur la neutralité de l’Administration. Le HVM, comme tous les autres partis au pouvoir, a voulu gagner les prochaines élections par une mainmise totale sur les leviers du pouvoir. En usant et abusant des prérogatives de la puissance publique en sa faveur. L’efficacité de cette méthode a été prouvée lors des municipales et sénatoriales, avec aux manettes ou aux mallettes, Olivier Mahafaly, ministre de l’Intérieur et de la décentralisation. Pour l’ensemble de son œuvre, il a été promu chef du gouvernement. Des interrogations se posent sur le cas des chefs de régions, nommés par les soins du HVM, alors qu’ils devaient être élus selon les dispositions constitutionnelles. De même que sur le cas de ces chefs de districts qui ont fait acte d’allégeance au HVM. Seront-ils remplacés par des personnalités politiquement correctes à défaut d’être vierges ?

Transport aérien – Décollage immédiat pour « Tsaradia »
L’opération sauvetage d’Air Madagascar suit le plan de redressement initial. Pour alléger ses charges de structure, elle a créé la société « Tsaradia » pour s’occuper des vols domestiques. Et il n’est plus question de desservir des destinations à vocation sociale. Où, des années durant, Air Madagascar avait assuré le transport des bons de caisse des fonctionnaires du coin. Sans être récompensées en retour par des retombées commerciales. L’heure de la compétitivité a aussi sonné par l’open sky et la venue sur le ciel malgache d’autres compagnies, mieux loties qu’Air Madagascar. Au point que pour leurs déplacements, des dirigeants ont pris place dans leurs avions. Laissant sur place la société d’État, censée être la leur.

Eric Ranjalahy