Actualites Social

Santé infantile – Des actions coordonnées en faveur de la nutrition

Les principaux acteurs de Wash lors du lancement du rapport mondial au Colbert

Combattre les maladies diarrhéiques. Voilà l’action principale sur laquelle repose la lutte contre la malnutrition chez les jeunes enfants. Celle-ci englobe l’approvisionnement en eau potable, la construction et l’utilisation de toilettes décentes ainsi que la pratique d’une bonne hygiène pour que chaque enfant accède aux mesures de santé et puisse vaincre toute forme de malnutrition.

Défi
« Les maladies diarrhéiques sont la deuxième cause de mortalité des enfants de moins de cinq ans dans le monde, et même quand ils en réchappent, ils peuvent avoir des séquelles irréversibles sur le plan physique et cognitif. Cette étude vient s’ajouter aux données prouvant qu’en combinant les vaccins et l’aide nutritionnelle essentielle à l’accès à l’eau potable et à de bonnes conditions d’hygiène et d’assainissement, on peut éviter la maladie, épargner la vie des enfants et les aider à grandir et à développer leur potentiel. Les raisons d’agir sont claires. Les leaders et les décideurs politiques doivent coordonner et intégrer leurs efforts, et investir dans la santé et le bien-être de nos enfants », précise Eileen Quinn, directrice de l’initiative PATH « Defeat diarrhoeal disease ». L’organisation PATH a conjointement réalisé une étude avec WaterAid qui démontre que « les décès de jeunes enfants pourraient être évités, chaque année dans le monde, en combinant l’accès à l’eau potable, des toilettes décentes à la maison et une bonne hygiène aux mesures de santé comme la vaccination et les interventions clés en matière de nutrition ».
Récemment, le rapport mondial sur « coordonner, intégrer et investir dans une action groupée axée à la fois sur la santé de l’enfant et sur l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène » illustre les avantages que pourrait tirer un pays en combinant ces bonnes actions.Grâce au Plan d’action national pour la nutrition, Madagascar avance et entame des progrès pour réduire le taux de malnutrition. La troisième phase (PNAN III) entre 2017 et 2021 qui adopte une approche multi-acteurs et multisectorielle vise à ramener le taux de retard de croissance de 47 % à 38 % d’ici 2020. Le plan préconise des actions spécifiques qui ont un effet sur la nutrition, en visant l’amélioration du taux de couverture pour desservir 65 % des foyers en eau potable et 30 % en sanitaires jusqu’en 2020.
Margaret Batty, directrice du service Politiques et campagnes mondiales de WaterAid déclare que le décès de millions d’enfants est évitable. « Chaque année, près de 300 000 jeunes enfants meurent d’épisodes de diarrhée directement liés à la consommation d’eau insalubre et à de mauvaises conditions d’hygiène et d’assainissement. Pour se développer et s’épanouir, les enfants ont besoin d’eau potable, de bons systèmes d’assainissement et d’une bonne hygiène, parallèlement à des soins de qualité, des vaccins et une bonne nutrition. »

Appel
WaterAid et Defeat DD demandent aux gouvernements et aux partenaires financiers d’aligner les programmes, les politiques et le financement dédiés à la santé de l’enfant et à l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène pour résoudre plus efficacement une crise sanitaire qui pourrait être tout à fait évitée. Investir dans des mesures intégrées comme celles-ci peut permettre d’instaurer un cercle vertueux qui développe le capital humain, renforce l’économie, réduit les futurs coûts de santé et contribue au développement du pays.

Par Farah Raharijaona